ChatBox
RSS
RSS



 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ]
 :: L'Angleterre :: Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur
avatar
❝ Invité ❞

Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Empty
MessageSujet: Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Icon_minitimeSam 25 Jan - 22:14


Panta, Solveig et AlessUne blonde pour deux.La présence rassurante du mort à mes côtés veillait à apaiser mes crises meurtrières. L'odeur qui s'échappait dans l'espace pour flotter jusqu'à même se lover contre mes narines, éveillait en moi, un certain apaisement. Pourtant, mes paupières s'ouvre en choc, le couteau dans la paume de la main, je plante sauvagement la lame dans l'idiot qui a tenté de me tuer pendant mon sommeil, lâche.

Je me redresse, poussant avec sauvagerie le cadavre sur mon corps, ouvrant la trappe, je balance le corps dans ma fausse personnelle, je pourrais faire rapidement un second sacrifice en rentrant cette nuit. Lorsque j'observe ma montre à gousset j'accapare mon bâton de bois, que je frappe deux fois contre le sol pour m'évaporer dans les cieux et atterrir là où mon contact m'attendait. J'étais pas très propre sur moi, couvert de boue et de tâches de sang, toutefois la partie de mon visage si peu visible à cause de ma barbe empêchait quiconque de véritablement s'en apercevoir, qui plus es dans le monde de la nuit. Mes prunelles turquoises étaient le seul indice de ma lucidité dans l'ombre du soleil, et quand vint enfin l'heure, l'halte n'était plus de mise. Ni une, ni deux, j’emboîtais le pas dans le lieux préféré des sorciers, le Chaudron Baveur. Cherchant un guéridon de disponible, c'est ici que j’aperçois l'homme avec qui j'ai déjà autrefois partagé un casse.

Tout aussi voleur que dragueur, le sorcier s'était montré envers moi des plus prévenants alors que je ne connaissais personne dans ce foutu pays où même la langue parlé était compliqué. De nature pourtant curieux, j'avais réussi à m'adapter comme à chaque fois que j'entreprenais quelque chose. Mes pas me dirigeant vers mon ami, j’accélère le pas pénétrant dans la vision du mage noir. J'avais appris que ces mignons donnait des couleurs à la magie, aux sangs..

A tout ce qui n'en possédait pas, je gardais bien en moi ma façon de penser, mais le pire, était probablement de songer qu'une bande d'idiot aidait un crétin incapable de tuer un gamin, du moins c'était ce que j'avais compris et ce qui me rendait assez dubitatif, pourtant j'y voyais bien là un moyen d'arnaquer la haute. Le bruit des autres participants du pubs m'empêchais d'avoir une lueur d'intelligence plus que nécessaire, s'asseyant enfin sur sa chaise, je tapotais en canalisant ma force l'épaule du mec qui m'attendais, étalant mes jambes sous le bois, remontant mon froc qui était bien trop grand depuis belle lurette. Lançant un bref sourire en coin à la serveuse pour lui signaler que j'attendais qu'elle me serve.

-Alors comment vas ma couille molle préféré ?


(Forcément vu qu'il en  à deux....- A méditer.-)
:copyright:️ DABEILLE
Alessandro Genova
Voir le profil de l'utilisateur
B.I.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 0 XP (Moldu,Cracmol)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Empty
MessageSujet: Re: Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Les beaufs sont de sortis. [ Panta, Aless, Solv'. ] Icon_minitimeDim 26 Jan - 11:31



Les beaufs sont de sortis

Panta, Solv' et Aless
La journée était belle, je n'avais pas grand chose à faire, j'avais laissé l'équipe faire le sale boulot, après tout ça sert à ça d'être chef, non? Et le meilleur dans tout ça c'est que j'avais eu des nouvelles de Cazzo, qui se trouvait par le meilleur des hasards dans cette région maudite. Enfin on ne pouvait pas réellement dire que c'était une coincidence, avec la présence du mage noir la plus part des mercenaires se trouvaient dans le coin, il faut dire que les mangemorts étaient aussi incompétents qu'idiots, alors il ne fallait pas attendre grand chose de ces fanatiques. J'avais juste compris une simple chose, ne pas les contrarier, ni exprimer le plus profond de mes ressentiments, non ici vous travaillez avec le sourire et vous fermez votre gueule pendant que vous ramasser de l'argent facile. Des gosses, des vieillards, des mères de famille, voilà se que combattait le seigneur noir, tout ça pour une question de qualité de sang, et dire que cette connerie commençait à envahir mon propre pays. Che peccato...

Adossé au bar, je lorgnais des yeux la belle barmaide. Impossible de me souvenir de son prénom, par contre la courbe de ses hanches, et le calbe de ses seins par contre c'était clair comme l'eau de roche. Tout en faisant tourner mon whisky dans son verre, je m'imaginais bien reprendre cette chevauché, lui collant une claque sur son joli petit cul tout en lui tenant les cheveux de l'autre main. A cette idée je poussais un petit soupire satisfait alors qu'une voix et une silhouette familière attira mon attention.

"Hey Cazzo, ça fait un bail."

Bon c'était un truc de mec d'appeler ses potes comme ça, mais pour être honnête, si l'une de mes couilles avait la taille, la pilosité et l'odeur de mon pote, je crois que je filerais à l'hôpital le plus proche en chialant comme une fillette. Ce mec avait un don incroyable, celui de paraitre plus impressionnant à chaque fois que je le voyais. J'avais presque l'impression d'être un nain à côté de ce type...

"Bah écoute, jme fais remplir les poches par des abrutis, je picole au lieu de devoir bosser, et les petites chattes anglaises ne sont pas sauvages. C'est pas le Valhalla, mais c'est pas mal non plus. Mais dis moi qu'est ce que tu fou là, tu bosses plus pour le taré à moscou ?"

Les tarés, ils ont du frics à foutre par les fenêtres, c'était les meilleures patrons, c'est pour ça que je restais à bosser pour face de serpent. Ce n'était pas les boulots les plus intéressants, mais qu'importe, le fric avant tout, et qui sait peut être que je pourrais prendre une retraite bien mérité en sicile, occupé toute la journée à boire et à baiser. Bon ça changerait pas beaucoup de maintenant.
Trouvant que la belle blonde prenait trop de temps, je cherchais dans ma mémoire son prénom... Et forcément, elles en avaient toutes un différent, sans doute pour me compliqué la tâche... Au moins chez moi en tapant dans le Maria on est presque sûr de tombé dans le mille... Bon au moins une fois sur deux.

"Hey Bella..."

Pas de réponse. Bon c'est pas grave, je tente.

"Barbara, on a soif."

Je posais un peu violemment mon verre vide sur le bar, aller un petit verre de plus ça ne ferait pas de mal.


C’est parce que t’es un gars qu’a aucune tripes.
Ca c’est embarrassant, elles étaient dans ton corps depuis le début, t’en avais des tripes apparemment, oh putain de merde je ne me suis jamais autant gouré de toute ma vie.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum