ChatBox
RSS
RSS



 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'... [Ft Henry]
 :: L'Angleterre :: Londres
Daedalus Speer
Voir le profil de l'utilisateur
Résistance

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'... [Ft Henry] Empty
MessageSujet: J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'... [Ft Henry] J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'... [Ft Henry] Icon_minitimeMar 10 Déc - 7:44

J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'... [Ft Henry] P37e

J'me baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l'...


Ft. Henry Johnes



Un froid glaciale tétanise l’Angleterre. L’hiver est bien venu, les londoniens sont emmitouflés des pieds à la tête en passant par le bout des doigts.

Le regard fixé sur le sol, Daedalus arpente les rues de Londres sans but précis. La journée bat son plein, il s’était levé tard aujourd’hui pour réfléchir à sa procrastination du moment : apporter le couteau de la psychopathe de mangemorte à l’Ordre.

Ce n’était pas difficile de les trouver. Ce n’était pas une question de flemme pour se déplacer. Depuis qu’il avait découvert la lame ensanglantée à son réveil couchée sur son lit, Daedalus l’avait projeté de dégoût dans les airs. Elle avait atterri sur le sol, derrière une vieille commode rabougrie. L’idée de la toucher l’écœurait au plus au point. Pourtant, l’arme constituait certainement une pièce majeure pour en apprendre plus sur l’ennemi.

Mais ce matin encore, il n’avait pas eu le courage de déplacer cette foutue commode pour récupérer la lame. Résigné à n’être qu’un lâche et un peureux, il était sorti s’acheter trois beignets aux pépites chanteuses de chocolat. Elles avaient chantaient "frères Jacques", en français, avant qu'il ne les dévore.

Perdu dans sa tête à remuer de sordides pensées, Deadalus longe un grand boulevard peuplé de moldu, cherchant à rejoindre le Chaudron Baveur. Dans deux heures, il embaucherait dans une confiserie sorcière, la gérante aillant acceptée ses services – et surtout ignorant qu’il était l’auteur du saccage récent sur le Chemin de Travers. Depuis l’évènement, Daedalus s’est lui-même renommé « Bombarman », se promettant à chaque instant de ne plus jamais utilisé ce sort en dernier recours.

Les rues sont bondées. Le jeune garçon pivote de côté pour faire face à une ruelle étroite et sombre qui lui ferait gagner un temps précieux : non, pas par là. Il se mêle de nouveau parmi la foule, préférant se faire piétiner les pieds que de se retrouver seul dans une ruelle déserte mal éclairée.

Le Chaudron Baveur n’est plus très loin. Un sans abris lui hurle soudainement dessus parce qu’il marche sur les miettes de pain qu’il a décimé sur le sol pour nourrir les pigeons. Comme si cette vermine des airs avait besoin qu’on les nourrisse avec tout ce qu’elles dégotent dans les ordures. L’homme édenté n’est vraiment pas content.

Ca va, ça va, désolé !

Deadalus redouble d’excuses en accélérant le pas. La population se fait plus dense, en être humain et en pigeons, il emprunte une rue commerçante adjacente moins peuplée. Ce chemin est plus long, mais il a horreur des pigeons. Sur le pas d’une porte, une jeune fille lui sourit. Sans ralentir, Daedalus lui rend son sourire : au moins, malgré tous ses évènements, il sait qu’il n’a pas perdu de sa superbe ! A cette pensée, Daedalus s’arrête net dans la rue. Peut-être devrait-il aller lui parler ?





Halloween

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum