Never Utopia
ChatBox
RSS
RSS


La guerre est déclarée, le mal s'étend sur l'Europe, Harry Potter est porté disparu, la résistance réussira-t-elle à rétablir le bien?

 

Le cygne noir feat Cora
 :: L'Angleterre :: Le Manoir de Wiltshire - QG des Mangemorts


Mon Personnage
Puissance Puissance: 0 XP (Moldu,Cracmol)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Le cygne noir feat Cora Empty
Dim 17 Nov - 22:26


Le cygne noir

 
Cora Miller ϟ  Alessandro Genova .

Si vous voulez tout savoir je détestais cette baraque de riche, et pour plusieurs raisons. Déjà parce qu'elle puait le fric, je veux dire pas le fric durement gagné, celui qui vient des ancètres et dont les descendants se vautre dans le luxe sans jamais avoir rien foutu de leur triste vie de rentier. Deuxièmement le taré qui occupait les lieux avait un foutu serpent comme animal de compagnie, un putain de mahous serpent, le genre de chose truc visqueux qui fait flipper et qui ne me quitte pas du regard lorsque je me trouve dans cette pièce en compagnie du cinglé sans pif. Troisièmement Cette baraque pue le vieux, je sais pas ils pourraient ouvrir de temps en temps les fenêtres mais non le phallus géant répondant au nom de Nagini risquerait de prendre froid bien sûr... Et pour finir c'était la gueule du maitre des lieux, un véritable vampire sortit tout droit des romans de Bram Stoker, même si Lucius Malefoy avait plus la gueule de la jeune pucelle en détresse que du terrible monstre buveur de sang. Bref c'était une véritable torture de rester ici, mais il fallait bien venir prendre les ordres. Quoi qu'il en soit les gars m'avaient clairement abandonné sur le coup, préférant m'attendre dans un pub, j'avais bien tenté de rester le cul sur une chaise en me disant que les ordres viendrait à nous, il fallait bien que j'occupe les creves la faim qui me servait d'équipe.

Bref voilà pourquoi je me trouvais dans le manoir de l'enfer entouré de face de coton tige tous plus déprimant les uns que les autres. Généralement il y avait bien des femmes pour relever les niveaux chez les tarés, mais là c'était les pires, la dépressive, la tronche de choucroute avec des dents à donner du taff aux dentistes du pays pour les 10 prochaines années tu parles d'un trophée de chasse, de quoi finir en dépression, et après ça on se demande encore pourquoi l'Angleterre est réputé pour ses cagots. Une fois la mission donnée, je m'étais précipité hors de la demeure, respirant l'air frais dans le domaine, allumant une cigarette pour essayer d'oublier la monstrueuse masse d'écailles. Ceux qui pense que Voldemort est effrayant n'ont jamais vu cette bestiole. Le vieux taré qui avait d'ailleurs beaucoup de point commun avec le reptile ressemblait à tout les autres, un besoin de puissance, mais surtout que personne ne les contredise. Je savais comment fonctionnais ses gens, il n'y avais aucune surprise, et c'était sans doute pour cette raison que j'étais le meilleur dans mon domaine, jamais je les contredisais, et je trouvais toujours une manière de satisfaire ces tarés, quitte à leur trouver une pute pour se soulager, quoi que je n'étais pas persuadé que le frigide serait satisfait avec cette option.

Tirant sur la clope, je tapais dans caillou qui se trouvait devant mon pied. La mission ne devrait pas être compliqué, un résistant qui faisait un peu trop chier le monde et qui faisait trop de vague. Il fallait l'éliminer et faire passer ça pour un crime violent, si possible venant d'un moldu. Le mieux dans tout ça c'était qu'il était loin d'être radin, sans doute parce que ce n'était pas son fric, à voir la gueule du blondinet qui se tenait à côté de lui avec des cernes de six pieds de long. Les gars allaient être content, et ils avaient plutôt intérêt à se montrer efficace. Il vit de loin une brunette approcher du manoir, et miracle elle était mignonne, par Merlin rien n'était impossible. Terminant mon poison j'envoyais le mégot plus loin, avant de lui offrir mon sourire le plus ravageur.

"Bellissima, moi qui commençait à croire que les mangemorts ne recrutaient que des laiderons, tu éclaire ma journée."    



   
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


C’est parce que t’es un gars qu’a aucune tripes.
Ca c’est embarrassant, elles étaient dans ton corps depuis le début, t’en avais des tripes apparemment, oh putain de merde je ne me suis jamais autant gouré de toute ma vie.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Le cygne noir feat Cora Empty
Mer 20 Nov - 17:45
Help me.

Tout s'était passés beaucoup trop vite. J'avais chuté et échoué dans mes missions. J'avais réussie à me rapprocher le plus possible (trop) du Seigneur des ténèbres. J'étais même, à deux doigts de devenir la reine du pays magique. Ce qui aurai du me réjouir me rendait encore plus aigrie et froide qu'auparavant, mon évolution m'empêchait d'avancer. Moi qui était femme forte et complètement libre de mes mouvements j'adorais à définir mon temps comme je l'entendais. Mais être la femme du Lord consistait à devenir ce que LUI souhaitait, et ça je ne l'avais pas vu venir. Je ne le digérais pas. Pléonasme. J'avais joué un jeu terriblement dangereux auquel je payais actuellement le prix. Un seul petit mois dans la maison du maître m'avait suffit à retourner ma veste. Je ne voulais plus être à lui, j'étais à moi avant tout. Je m'étais fourré dans un sacré pétrin, seule reine de mon domaine et de mon éternel insatisfaction. Par jalousie il m'avait séparé de Nagini, si bête et si cela pouvait être un soulagement pour moi c'était un déchirement, elle avait été ma seule amie. J'avais libérée les Johnes d'un tourment machiavélique, j'avais offert même le titre de bras droit, car oui : Tout passait par moi. Par jalousie, il avait monté en grade cet homme que j'appréciais. Pour me garder sous sa coupe, au moindre faux pas de ma part, je le savais, Marcus en payerait le prix. J'apprenais doucement à relativiser pour ne pas sombrer dans une seconde dépression et ce cercle vicieux. Il y avait cependant un truc nouveau dans ma vie que j'aimais par dessus tout : Mon poste de directrice de la justice magique. Il me rendait une force et une hargne, chaque colère je les versais sur les miséreux qui me réclamais une « dernière chance ». Comme ci j'allais pu avoir cette dernière chance. Ils payaient tous ma colère parfois injustement et je m'en contre-carrais fichtrement. Ô que oui, je pensais à m’enfuir mais chaque fois, le Lord m'emprisonnait dans un futur plus proche dans ma demande de pouvoir : Plus j'avais de pouvoirs, plus je répondais à mon manipulateur dans la minute même. Si je réalisais que mon fantasme était le pouvoir et non lui, j'avais même l'idée de m'en débarrasser pour prendre sa place... Fort heureusement pour moi, le Mage n'avait jamais pris connaissance de cette machiavélique pensées. Lorsque par le passé j'étais dangereuse pour les rues de Londres, aujourd'hui j'avais appris à aimer dicter la vie des gengens qui me paraissaient tous telleeeeeement fade. Oui oui, ils étaient ennuyeux, ils m'ennuyaient et tous ceux qui m'ennuyaient méritaient Azkaban ou directement la peine de mort, parfois même lorsque vraiment le Lord m'avait poussé à bout j'infligeais à mes victimes le baiser du détraqueur, si je n'avais jamais su le regarder en face ce spectacle, j'étais repartie sereine une fois l'horrible acte prononcé. Moi déjà si peu sociable, je m'enterrais un peu plus lorsque Merlin tout puissant un homme passa sur mon chemin, fou ou non, il osa m'aborder de manière assez amusante ce qui m'arracha un sourire. Je n'avais jamais fait attention à lui. Je ne pense jamais l'avoir réellement vu. Il venait ici chez moi... Chez moi... Chez lui. J'étais soumise. Ces deux mots m'étaient si insupportable que j'étais dans une colère froide et que mes nuits de solitude servait à m'emprisonner dans certains rituels où la magie noire commençait à porter ses marques dont quelques cicatrices et tâches noires qui figuraient sur mon corps et ma peau naturellement blanchâtre. Ré-adaptant mon masque de sorcière forte et indépendante je le fixe longuement sans un mot afin e l'accueillir d'un rictus presque invisible.

-Vraiment, tu me trouves belle au point de te permettre de me tutoyer sais-tu qui je suis ?

Je m'avance un peu, ni aguicheuse ni surjouée, juste la guerrière que j'étais. J'étais femme, je crèverais femme avant tout, peu importe ce que le Lord pensait faire de moi dans les jours à venir. Je le juge et je pointe de mon index le manoir.

-Qu'est-ce que tu m'veux ?

J'étais pas de bonne humeur presque prête à retarder avec grand plaisir le moment où je dois retrouver ma solitude de femme au foyer misérable. J'avais un espoir que l'homme en face de moi sache dompter ma colère et m'apprivoiser, mais depuis que j'étais connue comme celle proche du maître, peu n'osait m'adresser la parole à juste titre, à part Narcissa, j'étais seule avec ma folie.
Dans mon regard pourtant, des appels à l'aide fixait l'homme, comme ci j'espérais qu'il m'arrache de cet enfer dans lequel j'étais rentrée toute seule comme une grande.....



:copyright: 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur




Che Bel Fior!E questo è il fiore del partigiano  Morto per la libertà!

Mon Personnage
Puissance Puissance: 0 XP (Moldu,Cracmol)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Le cygne noir feat Cora Empty
Mer 20 Nov - 22:16


Le cygne noir

 
Cora Miller ϟ  Alessandro Genova .

"Si je ne vouvoies pas le grand chauve qui me donne mes missions dans cette baraque flippante, ce n'est pas pour le faire avec toi poupée, encore moins pour te complimenter."

Recrachant la fumée de ma cigarette, je tendais mon paquet en direction de la demoiselle visiblement aussi dangereuse que belle, l'invitant à se servir. Je n'allais me laisser démonter par un air farouche, surtout que c'était souvent les plus passionnées et je parlais de mon expérience. Et putain ça donnait envie.

"Hey jsuis sympa, je cherche juste à repousser ton entrée dans la maison de l'horreur, tu devrais me remercier. Alors ouais je ne sais pas qui tu es, te sens pas blessée, vos histoires de politiques, c'est juste de la merde à mes yeux, mais ça n'engage que moi. Je vois juste que ça me permettrait de causer à quelqu'un qui a l'air normal, c'est pas réellement gagné dans le coin, si ça peut être une jolie femme c'est toujours un plus. Je veux pas jouer les clichés, mais dans le coin les nanas ont tendance à être à la hauteur de la réputation de l’Angleterre niveau canon de beauté, et ça c'est pas un compliment..."

Coinçant ma cigarette au coin de mes lèvres je lui tendis la main pour la saluer.

"Aller on va dire que c'était un peu brusque pour toi et qu'on t'a apprit à ne pas parler aux inconnus, Alessandro Genova, mercenaire au service du gouvernement anglais, du moins c'est se qu'on dit."

Il était clair que je ne partageais pas les opinons politiques des mangemorts, mais pour être honnête je ne croyais pas dans grand chose, surtout que ce n'était pas chez moi, ce n'était pas mon pays, pas plus que les autres dans lesquels j'avais bossé, au final tout ça ne me regardait pas, je me contentais de bosser pour le plus offrant et ça m'allait très bien. Et quand ça ne m'allait plus, ou que ça ne payait plus assez, moi et mes gars on partait ailleurs. Rangeant mon paquet de cigarette dans mon blouson en cuir, jetant ma deuxième cigarette, je détaillais sans gêne la jeune femme, mon regard restant appuyé sur les parties les plus sexy chez les femmes, une belle poitrine, des hanches généreuses, des fesses comme il faut. Chez les Italiens on aime les femmes les vrais, pas les squelettes, la brune faisait partie des femmes qui me plaisait.

"T'as pas l'air habitué aux compliments, pourtant t'es vachement bonne. Wouhou mords pas poulette c'est sensé être positif."

Avant même qu'elle ai ouvert la bouche j'avais levé les mains en signe d'apaisement, c'est qu'elle avait du caractère la tigresse, et même si j'aimais bien me faire griffer ce n'était pas réellement dans ce genre de situation.

"Après si tu veux retourner t'enfermer dans le château de horreur, je vais pas te forcer la main. Sinon on peut toujours aller boire un verre, et apprendre à se connaitre."

 
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


C’est parce que t’es un gars qu’a aucune tripes.
Ca c’est embarrassant, elles étaient dans ton corps depuis le début, t’en avais des tripes apparemment, oh putain de merde je ne me suis jamais autant gouré de toute ma vie.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Le cygne noir feat Cora Empty
Dim 24 Nov - 21:32
Help me.

Plus il parlait et plus mon sourcil droit se haussait. J'avais pas besoin de grand chose pour comprendre que j'avais affaire à un rafleur. Ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas vu d'être comme moi  que je commence à me détendre. Un amoureux de l'or. J'en frissonnais.

Le même sang coulait dans nos veines et pour la première fois depuis longtemps lorsque je rencontre quelqu'un, je baisse ma garde. Parce qu'il me ressemble et qu'on est du même monde. Aussi je lui pardonne donc tous ses faux pas. L'or fait des choses incroyables.

-La maison de l'horreur ?

Je lâche un gloussement. Depuis quand ça ne m'étais pas arrivée ? Je n'ose même pas regarder vers le Manoir de peur que mon amant y soit. S'il voyait ce que je m'apprêtais à faire, il verrait et comprendrait qu'on ne peut pas se fier à une rafleuse, jamais. J'avais réussi à rafler ce que je voulais de lui : Le Pouvoir. J'avais utilisé mes sens et mes atouts pour jouer en ma faveur.

Toutefois, le maître avait commis une faute énormissime : Vouloir me commander. J'étais faite pour commander et non pour jouer la petite soumise fragile des quartiers. Je fais le tour du beau rafleur en le dévisageant tel un vautour sur sa proie.

-Tu sais dans la maison, celui qui y règne...

Je m'approche dans son dos pour poser mon menton sur son épaule et susurrer à son oreille avec volupté.

-Je suis sa femme.

Lançais-je d'une voix particulièrement suave et délicate. Ma main tenant ma baguette je plante lentement et presque sensuellement le bout de celle-ci dans le bas du dos de ma victime. Je sais qu'il va me sauver, j'ai les moyens de le corrompre pour ça, et qu'il croit à ce que je lui raconte surtout.

-Alors avant de parler mon bel ami, peut-être devrais-tu faire attention à certain de tes propos. Qu'en dis-tu ?

J'enfonce un peu plus ma baguette sur son corps et je suis toute émoustillée bien malgré moi. C'est bien la première fois qu'un homme me fait un pareil effet. L'interdis était de mise, pourtant ne souhaitant pas prendre de risque inutile, je regagne ma place en face à face, le libérant de mon emprise.

Je réfléchis un instant sur le point de comment mettre mon plan en exécution en le fixant, puis un regard ramenant vers le château, le maître m'avait enlevé jusqu'à ma seule amie, j'allais le lui faire payer, du moins j'espérais cette odieuse injustice. Je tends la main pour qu'il l'attrape.

-Emmène moi, surprends-moi, et si tu y arrives je te promets encore plus d'or que tu n'en as jamais vu dans tes rêves les plus fou beau rafleur.

Le cygne noir feat Cora Tumblr_mp5zfkqsWd1rnrs8lo1_r1_500


:copyright: 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur




Che Bel Fior!E questo è il fiore del partigiano  Morto per la libertà!

Mon Personnage
Puissance Puissance: 0 XP (Moldu,Cracmol)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Le cygne noir feat Cora Empty
Mer 27 Nov - 20:25


Le cygne noir

 
Cora Miller ϟ  Alessandro Genova .

"Jveux vexer personne, mais si ça te tente je connais un excellent décorateur d'intérieur, qui pourrait te ravaler tout ça pour une somme ... Abordable."

Ok abordable ce n'était pas le mot, mais quand je voyais la petite fortune que crachait face de serpent sans même négocier, je savais d'office qu'il avait les moyens, à moins que ça soit ses victimes qui aient les moyens mais pour être honnête ça ne changeait pas grand chose pour moi. Je l'observais alors qu'elle me tournait autour pour m'annoncer qu'elle était la femme du lord noir comme il aimait se faire appeler, même si à mon avis le lord gris correspondrait plus, ou peut être le lord gris de vert, mais bon on est pas là pour prendre un cours de colorimétrie. Je fis une petite grimace comme si l'on venait de m'annoncer que le repas à la cantine ce midi ça serait épinard et cuisse de grenouille.

"Désolé pour vous, m'dame."

Non parce que même en étant extrêmement vénal il fallait se le taper le laideron... Je veux pas dire mais même si j'adorais les bonnes paies je ne serais pas capable de ça... Quoi que pour quelques  milliards j'envisagerais peut être de lui farcir le poireau... Mais nous n'en sommes pas là et heureusement je dormirais bien cette nuit sans cauchemars. Je sentis sa baguette s'enfoncer dans mon dos et je jetais mon dernier mégot de cigarette sans montrer le moindre signe de stress.

"Je parle comme je l'entends m'dame, je dois déjà me farcir votre langue, c'est pas pour en plus devoir faire attention à tout se que j'dis. J'ai travaillé dans l'ombre des grands de ce monde et tu sais si on me demande c'est que je suis le meilleur dans mon boulot, si ton sugar dady me paye aussi grassement c'est pas pour me buter parce que j'ai frustré sa poupée de porcelaine, c'est pas comme si je t'avais pris a 4 pattes dans la boue, mais dans cette éventualité je ne serais pas assez stupide pour le faire devant ses fenêtres en encore moins pour rester sur place à attendre le coup de bâton."

J'eus un petit sourire en imaginant la scène sérieusement ce n'était pas une idée désagréable, la miss avait un joli minoi et des miches à faire baver un aveugle, et ça se tape un cadavre ambulant, le monde était déprimant. Mais elle n'était pas qu'une jolie poupée vide, non elle avait de la suite dans les idées, je dois avouer je ne l'avais pas vu venir.

"Je bosse pas pour les femmes."

Atouch j'ai été un peu rude là, on va encore me prendre pour un salop de service, bon ok ce que je suis, mais pas macho pour un sous j'ai d'excellente raison de ne pas le faire.

"Question de principe, on mélange pas plaisir et boulot, alors je préfère éviter d'avoir un donneur d'ordre que j'aurais envie de baiser, ça fait désordre, alors peut être une femme moche et encore après avoir picolé on ne sait jamais."

Ok Aless là tu t'enfonce tu vas t'en manger une... Avant que ça soit le cas j'attrapais sa main et y posait un baiser.

"Mais si tu veux réellement partir d'ici princesse, il y a toujours moyen de trouver une solution, mais réfléchit bien à se que tu perdrais, alors oui je suis vachement plus sexy que ton mari mais vachement moins riche aussi, même si ça tombe plutôt bien, les baraques de riche moi ça me déprime."

 
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


C’est parce que t’es un gars qu’a aucune tripes.
Ca c’est embarrassant, elles étaient dans ton corps depuis le début, t’en avais des tripes apparemment, oh putain de merde je ne me suis jamais autant gouré de toute ma vie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:
Le contexte, l’apparence, les idées sont la propriété du staff de EMB. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.Design par Pantalaimony R.Mills ; Codage adapté des LS de Halloween et Alice de N-U.Spécial Remerciements à Panta mais également à toute l'équipe codage de PRD (Dune,Heaven & Odyssea)