Never Utopia
ChatBox
RSS
RSS


La guerre est déclarée, le mal s'étend sur l'Europe, Harry Potter est porté disparu, la résistance réussira-t-elle à rétablir le bien?

 

Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore
 :: L'Angleterre :: Londres

Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Sam 26 Oct - 21:31


Sans amour nos vies sont dérisoires

 
Théodore ϟ  Elliot

J'allais ouvrir la bouche, lui demander si il serait capable de les abandonner pour moi. Je connaissais la réponse, jamais il ne les laisserait pour moi. Au final, il avait raison sur un point, je le savais. Il ne me l'avait jamais caché, c'était moi qui m'était mentit en me disant que je pourrais le faire changer. J'étais la seule responsable de mon malheur, je ne devrais pas en vouloir à Harry, après tout il avait toujours été honnête, mais je ne pouvais pas m'empêcher de vouloir que les gens soient tel que je le voulais. J'aimais Harry, mais sincèrement je n'étais pas heureuse avec lui, nous étions tellement différent... Ca ne me gênait pas du tout quand nous étions à l'école, mais j'avais cette impression que je commençais a étouffer, que ça avait trop duré. Je m'en voulais de m'être accrochée à lui comme ça, soyons honnête, à Poudlard nous ne serions pas resté ensemble passé l'été... Nous nous étions promis l'impossible. Je me sentis mal en voyant Harry être envoyé plus loin par Théo, mais je n'eus pas envie de courir le secourir, parce qu'au final c'était se qui était le mieux pour nous deux, j'en prenais les tords si il le fallait je savais déjà que ses amis ne m'appréciaient pas, ça ne changerait pas grand chose, il aurait du soutient, il aurait des gens à qui parler. Il fallait que l'un de nous ai ce courage. Mon coeur se serrait. Pourquoi je n'avais pas écouté mon coeur quand il me disait que c'était une mauvaise idée de me mettre avec lui? Pourquoi je n'avais pas écouté cette petite voix qui me disait que je gâcherais cette amitié qui m'était si précieuse?

Je fus surprise lorsque l'on se mit à transplaner, et pourtant à cet instant j'étais tellement reconnaissante à Théodore de m'avait extirpé de cette situation affreuse qui me brisait le coeur. Le décor familier de son appartement me fit chaud au coeur. Je retirais ma cape, essuyant les larmes qui s'étaient perdus sur mes joues. Je ne devais pas ressembler à grand chose avec mon maquillage qui avait coulé. Je poussais un profond soupir, celui du soulagement, je n'étais pas du genre à être adepte des confrontations, j'étais plutôt du genre à faire comme si rien n'était, comme si tout était normal, comme si rien ne s'était passé. Si le coup, je me retournais pour faire face à Théodore, j'étais encore tendue, difficile de savoir si j'allais lui sauter à la gorge ou me mettre à pleurer. Je m'approchais de lui sur un air de défi, me faisant plus grande que j'étais, l'observant droit dans les yeux. Il allait ouvrir la bouche, mais j'agis plus rapidement que lui, glissant mes bras autour de son cou, et l'embrassant passionnément.

Pour être honnête je ne savais pas pourquoi j'avais fais ça à ce moment là, mais ça me faisait un bien fou, au moins pendant quelques secondes avant que je ne me rends compte à quel point c'était déplacé. Mais qu'importe, ça m'avait du bien de le voir se battre pour moi, pour que personne ne s'approche de moi, bêtement ça m'avait plus d'avoir cette impression d'être la seule et l'unique pour quelqu'un. J'abandonnais la douceur de ses lèvres, pinçant les miennes, je mourrais d'envie de recommencer, mais c'était clairement déplacé.

"Je suis désolé j'aurais pas du."
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Dim 27 Oct - 22:46
Don't Cry baby.
De retour à l'appartement, je suis dans un état de colère assez implacable. Pleurer pour un idiot pareil ! Faire une scène en pleine rue, si mon père m'avait suivit jusque ici, il m'aurait pas pardonné cette humiliation. J'étais fou furieux. Et le pire c'est qu'elle pleurait encore la godiche! Je me pince l'arrête du nez en quelques minutes cet idiot avait détruit tous ceux à quoi j'avais durement travaillé. J'avais nonobstant pris connaissances d'informations intéressantes, je notais le cas "Hermione" et l'indécision d'Harry. Je notais la colère naissante d'Elliot,  mais pleurer, Pleurer ?! C'est bien ça qui me foutait dans une rage monstre : Des larmes, des larmes pour Potter, sérieusement? Dans quel monde de fou vivait-on ? J'étais écœuré et en colère pour la première fois contre mon père pour avoir rejeté Elliot et en avoir fait une inconnue. Attend, elle me défie du regard ou je rêve ? Elle me défit, alors que j'allais lui ordonner de baisser les yeux immédiatement, elle fit ce que j'aurais pas osé ou tout simplement pensé à faire, elle m'embrassa. Je n'eus pas le temps d'être figé de stupeur puisque la passion du baiser était réciproque, au point de prendre le corps de Rose contre le mien et de lui rendre un baiser doublement amoureux. Je n'aimais pas Elliot, j'aimais Rose, ce personnage que je m'étais construit pour gagner l'étiquette, pour être moins coupable, pour ne pas sombrer dans une folie dévastatrice tout de suite même si on sait que ça allait forcément engendrer l'enfer. Déroutant était ce baiser gourmand, j'avais l'impression que j'avais attendu ce moment depuis toujours et cette impression je devais la repousser encore, car ce n'était pas le moment.

-Tu n'aurais pas dû pleurer comme une écervelée, c'est certain, tu m'as déçue, Rose. Montrer ses faiblesses en publique, crois moi que je vais t'endurcir ! Tu n'es pas encore prête pour ta pleine liberté !

Je la gronde comme une enfant, je ne veux pas que quelqu'un d'autres que moi ait ce pouvoir de la détruire, Rose est mienne. A jamais. Je la repousse doucement lui interdisant de recommencer dans un regard, j'étais celui qui décidait et même si intérieurement mon égo prenait en confiance et quémandait d'autres baisers de ce genre, je commençais à connaître Elliot et à savoir comment elle fonctionnait, je ne pouvais pas réagir bêtement comme un toutou amoureux, l'impossible ouvrait à la tentation et j'étais le maître avant tout. Mon égo dominait et gagnait du terrain.

-Je dois sortir, mais nous avons quatre bonnes heures devant nous, et si tu me parlais de ce qui ta poussé à me sauter dessus ?

Je la regardais et de ma baguette magique tout en m'asseyant sur le sofa, je l'autorise à prendre place à mes côtés, une bouteille de Whisky Pur Feu apparaît ainsi que deux verres. Je glisse un doigt dans une mèche de la brune mon regard est dur mais je fais ça pour son bien, du moins je m'en persuade.

-Sers nous, ça te feras penser à autre chose qu'à ce cafard à lunette qui te servais de larbin.



:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Lun 28 Oct - 8:43


Sans amour nos vies sont dérisoires

 
Théodore ϟ  Elliot

Cette instant était presque magique. Cette passion entre nous, c'était se qui avait disparu depuis longtemps entre Harry et moi, c'était cette fougue dont j'avais besoin. J'avais d'être le centre d'intérêt, d'être la seule et l'unique, ce n'était pas le genre de besoin que l'on avoue à voix haute, on espère juste que l'autre le devine. Je sentais cette chaleur dans mon bas ventre alors qu'il m'attirait vers lui, je sentais cette passion entre nous. Finalement cette idée de fiançaille n'était peut être pas la si mauvaise idée qui m'avait rebuté lors de notre rencontre. Je poussais un soupire de frustration alors qu'il mettait fin à ce baiser, sérieusement la réputation de lover des français venait sérieusement d'en prendre un coup. Je l'observais avec défiance lorsqu'il me gronda comme si j'étais une petite fille. Non mais il était sérieux là? Il n'était pas mon père, et tant bien même je ne comprenais pas se qui aurait pu le pousser à me faire une quelquonque moral alors qu'il n'avait jamais fait partit de ma vie. Personne n'avait ce droit là.

"Ca vous arrive jamais de vous lâcher les bourges? Juste essayer de ressentir quelque chose? Je te jure ça fait du bien. Alors oui j'ai pleuré et je n'en ai pas honte, parce que c'était la fin de quelque chose, parce que j'abandonne une partie de ma vie, et ce n'est pas si simple... Et parce que j'étais en colère. Et au moins ça ne fait pas de dégâts sur la vaiselle."

Je m'installais sur le canapé, et observais le whisky qu'il venait de faire apparaitre. Sérieusement il voulait que je le serve comme si j'étais son chien? Je poussais un soupire, et pris la bouteille pour me servir un verre et reposer la bouteille avec un petit air malicieux sur le visage, je me foutais gentiment de lui, après tout il voulait le verre que j'avais servis, il n'avait qu'à venir le chercher. Je retirais mes chaussures et plaçait mes pieds sous mes fesses.

"Je suis pas Ordure. Alors soit tu l'appelle, soit tu te sers, soit tu viens le chercher."


Je souriais, le narguant légèrement du regard alors que je prenais une gorgée de la boisson qui me brûlait la gorge.

"Tu sais je veux bien envisager de devenir ta femme mais pas ta boniche... Et tu n'as pas à décider si j'ai le droit d'être libre ou non, je n'ai pas a gagner ça."


Je savais qu'il n'apprécierait pas, mais honnêtement il fallait mettre les choses au point. Ce n'était pas le genre de chose que j'appréciais.

"Je sais que ça fait partit de ta façon de voir les choses, mais je n'ai jamais vécu dans un château, et je n'ai jamais traité les hommes comme des Dieux, et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer... Sérieusement, essaye juste une fois, je suis sûre que ça te plaira, arrêté de penser se que les autres vont penser de se que tu dis, de se que tu fais, c'est ça la vraie liberté. Juste écouté tes sentiments comme tu l'as fais pour sauver ta mère."

Je n'appréciais pas spécialement la boisson servie mais je portais une fois de plus le verre à mes lèvres, ça faisait tellement du bien.
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Jeu 31 Oct - 10:58
Don't Cry baby.

Il était hors de question pour moi d'épouser une femme qui n'était même pas fichu de faire la vaisselle ou de servir correctement un verre de vin à son homme. Ma femme était ma future esclave faute de quoi elle pourrait se contenter de Potter. Voilà pourquoi les paroles d'Elliot me laissait transparent. Je n'avais que cure de ces états d'âmes, elle venait tout juste de rompre avec son caniche, qu'elle ne croit certainement pas que j'étais assez sot pour lui sauter dans les bras : Je valais tellement mieux que ça. Bien que la demoiselle au jolis minois pouvait se persuader par la suite que je serai un beau salaud, il était négatif que je ne sois que le pansement, ou la roue de secours. Et pour l'instant elle n'était pas en état normal, ni crédible pour affirmer ce que je savais déjà m'appartenant.

Sans cette carapace qui est à mon origine, la source de ma résistance, je serai aussi faible que l'était Potter, si la sensiblerie lui plaisait je n'étais pas contre-nature, j'étais un homme, un vrai, de ceux qui tapait leurs poings sur leurs torses, je ressemblais énormément à mon père même si je n'approuvais pas toutes ces décisions. C'était à moi, ça m'appartenait. Je n'avais plus le choix autre que d'être lui, un machiste pervers-narcissique.

-Oui .

Répondis-je donc à la question de la demoiselle, que croyait-elle ? Que j'allais ramper à ses pieds sitôt séparée ? Elle rêvait en couleur, elle rêvait encore plus si elle pensait que je n'avais qu'une once de sincérité à son égare. Elliot voulait être le centre du monde, je lui donnait l'illusion de ce qu'elle croyait elle me mangeait dans la main, il ne restait plus qu'à pêcher Potter à la petite cuillère et j'aurais dans le creux de ma main, de quoi même faire chanter les ténèbres. Le pouvoir des forces du mal contre Potter. Cette pensée me fit sourire en coin, elle aurait pu croire que ce sourire lui était destiné, il n'en était rien. Je n'étais qu'un cœur de pierre. Et si parfois mes doutes pouvaient s'avérer imprévisible,mon taux de compassion n'était que le fruit de son imagination.

« "Tu sais si je n'avais pas envie d'être là, j'aurais pu transplaner loin d'ici avant qu'Harry ne m'attrape la main, avant que tu me rejoigne. Mais j'ai envie d'être ici près de toi..." ».

Je le savais depuis le début, Elliot était porteuse du syndrome de Stockholm sans chercher plus loin que la triste réalité, sentant qu'elle avait besoin d'entendre ce qu'elle voulait afin d'être rassurée, je pris une mine de réflexion à ses paroles.

-Vraiment ? C'est attendrissant.

Je la regarde avec cette hautaine indifférence ce livrer à moi comme je l'avais prévus. Elle m'appartient déjà pleinement. Son désir la ronge, et je compte bien nourrir cette souffrance afin qu'elle devienne ce que je souhaite : Entièrement ce que je souhaite. Il est temps pour moi de passer à la phase transformation et de rentre Elliot à l'état de légume mentale afin de réussir ma quête avant d'humilier mon père et de réussir ce qu'aucun mangemort n'a pu réussir. Je sentais à moi venir la victoire et l'humiliation du Seigneur des Ténèbres en ma faveur, j'étais tout proche, cependant la folie commençait tout doucement à m'atteindre et il ne fallait que peu de chose avant que je ne décide d'enfermer Elliot Jensen à vie dans ma cave pour ne l'avoir rien que pour moi.

"J'ai vraiment cru que je serais capable de te détester, de me dire que tu n'étais que l'un des chiens de mon père, de me dire que même si tu étais terriblement sexy, tu ne m'aurais jamais, que j'étais au dessus de tout ça. Mais en faite j'ai l'impression d'enfin respirer après avoir été en apnée depuis si longtemps."

-Tu ne peux pas me détester je suis l'amour de ta vie, et tu n'es pas Elliot, tu es Rose, je veux que tu t'appelles Rose, oublie Elliot, Elliot n'existe plus, elle est ton passé, Rose est ton avenir, c'est le tarif, si tu veux que je t'accorde du crédit.

Ma confiance grandissais à chacune de ses paroles mais je n'étais pas prêt à y croire pleinement, j'étais assez fou pour la rejeter et penser en priorité à détruire Potter. Je pose une main sur le sein de Rose en lui volant un baiser pour la repousser sur le fond du sofa.

-Je n'en aurais pas pour longtemps. Tu devrais prendre un bain .

:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Jeu 31 Oct - 14:26


Sans amour nos vies sont dérisoires

 
Théodore ϟ  Elliot

Il était hors de question pour moi de devenir la boniche, d'être la chose de qui que se soit. Je ne m'imaginais pas être la petite femme qui fermait sa bouche et obéissait corps et âme à son mari, ce n'était pas possible. En faite j'avais ce besoin que la personne qui était tout pour moi ressente la même chose, j'avais cette dépendance mutuelle. J'aimais le regarder avec ce défi dans le regard, qu'il vienne le chercher son verre, après tout j'avais remplis le mien, et il serait hors de question que je le termine, sinon je ne serais même pas en état d'aller jusqu'au lit. Même si son regard était dur, je ne me laissais pas impressionner, et je ne me démontais pas, il ne m'impressionnait pas. L'homme violent que j'avais rencontré le premier jour avait disparu depuis longtemps. Je sentais qu'il perdait le contrôle de la situation, et c'était ça qui était bon, ça faisait trop longtemps qu'il avait toutes les cartes en main, et ça faisait du bien que le jeu soit plus égalitaire. Alors qu'il était presque en train de me menacer je souriais tout en portant le verre à ma bouche pour reprendre une gorgée.

Je l'écoutais vanter la résistance des bourges, qui encaissaient sans jamais montrer leurs sentiments, et je n'étais pas persuadée que c'était la meilleure façon de faire les choses. A vrai dire pour moi les sentiments étaient des catalyseurs, les enfermer n'apportaient jamais rien de bon. Je levais les yeux au ciel alors qu'il parlait de sa grande fortune. Ma grand mère paternel nous avait laissé suffisamment d'argent pour vivre de manière confortable, mais nous n'en avions jamais abusé, sans être malheureux. Je ne m'imaginais pas jouer les princesses, c'était peut être pour cette raison que je ne portais pas souvent les robes de hautes coutures qui remplissait le dressing de ma chambre. Je me sentais tellement plus à l'aise dans mes vêtements, j'avais cette impression d'être moi, même si ça n'avait jamais été mes vêtements qui faisait ma vie. Je tendis mon bras pour mettre à l'abri le verre de Whisky pur feu, mais je fus surprise, au lieu de m'attraper le bras se fut mes hanches qu'il attrapait pour me prendre dans ses bras. Ce genre de moment de tendresse qu'il n'y avait que peu entre nous. Nous n'étions pas à proprement parler un couple, quoi qu'en cette après midi peut être qu'une page venait de se tourner, même si en cherchant bien on voyait que des gestes ne trompaient pas depuis quelques semaines. Se fut avec plaisir que je me blottis dans ses bras, sentant cette chaleur m'envahir lorsqu'il était aussi près de moi. Un frisson me parcouru le corps alors qu'il nichait sa tête dans mon cou et que son souffle chaud caressait ma peau.

Lovée contre lui, je fus surprise de ses paroles, je ne m'y attendais pas, il n'était pas du genre à être adepte des déclarations d'amour. Tout en faisait tourner le liquide ambré dans le verre j'écoutais ses paroles qui faisaient bondir mon coeur. Amoureux de moi? C'était le genre de déclaration qui me donnait l'impression d'avoir des jambes en cotons. Par contre cette idée d'être un pansement me fit mal au coeur, je n'avais pas l'impression d'être ce genre de fille à recherche une relation pour se soulager de celle qui venait de finir. Et pour être honnête, je n'avais pas non plus l'impression d'être la personne qui déprimait après s'être fait larguée... C'était à cause de mes larmes qu'il en déduisait ça? Un peu à contre coeur je quittais l'abri réconfortant de ses bras, me retournant pour lui faire face, m'installant à cheval sur ses genoux, l'observant quelques instants.

"Tu crois sincèrement que je te prends comme pansement? Sincèrement? "

Je glissais mes mains autour de son cou, me rapprochant de lui, tout en essayant de ne pas avoir l'air d'être sur le point de le violer, le baiser que je lui avais donné n'était pas convenable de son point de vue, alors lui sauter dessus...J'observais les traits de son visage, essayant de faire le point sur ce que je ressentais réellement, mais c'était tellement compliqué, ce mec me faisait vivre quelque chose que je n'avais jamais vécu, cette impression de vivre que parce qu'il était prêt de moi. Je me détestais de ressentir ça, j'étais le genre de femme forte qui n'avait pas besoin d'homme pour exister, et pourtant il me faisait agir comme si je n'étais qu'une petite fille face à son prince charmant. J'avais honte de me dire qu'il m'avait plut au premier coup d'oeil, du moins physiquement, honte de me dire que j'avais été attirée par mon tortionnaire. En faites il avait réussit en si peu de temps à détruire toutes mes certitudes. Si aujourd'hui il me redemandait d'être sa femme, je n'étais pas persuadée que ma réponse serait la même. Sans même m'en rendre compte je me mordais la lèvre inférieur, à cet instant je mourrais d'envie de lui sauter dessus, de l'embrasser, de lui retirer cette chemise qui était clairement en trop, de... Ok on se calme ma fille, à cet instant j'étais ravie d'être une femme, sinon il serait plus difficile de cacher l'effet qu'il me faisait... J'avais cette sensation que ma respiration chaotique, et cette sensation de brûler de l'intérieur. Je dus prendre une profonde respiration pour réussir à reprendre la parole, les larmes me montaient aux yeux.

"Tu sais si je n'avais pas envie d'être là, j'aurais pu transplaner loin d'ici avant qu'Harry ne m'attrape la main, avant que tu me rejoigne. Mais j'ai envie d'être ici près de toi..."

J'approchais doucement mon visage du sien, suffisamment pour sentir pour sentir son souffle contre ma peau. J'essayais de ne pas quitter ses yeux du regard, mais parce que je mourrais d'envie de les goûter une nouvelle fois, il se perdait souvent sur ses lèvres. Je sentis ce frisson qui hérissait les poils de mes bras parcourir mon corps alors que je posais mon front contre le sien, fermant les yeux, respirant son délicieux parfum. Toujours les yeux fermés essayant de retenir les larmes qui menaçaient de s'échapper, je n'étais pas habituée à parler de mes sentiments, généralement je laissais les choses se faire toutes seules, mais pour une fois j'avais réellement l'impression que j'avais besoin de lui dire se que je ressentais, j'avais besoin qu'il le sache. Je m'éloignais un peu de lui, levant les yeux au ciel et soufflant pour essayer de retrouver un peu de contenance.

"J'ai vraiment cru que je serais capable de te détester, de me dire que tu n'étais que l'un des chiens de mon père, de me dire que même si tu étais terriblement sexy, tu ne m'aurais jamais, que j'étais au dessus de tout ça. Mais en faite j'ai l'impression d'enfin respirer après avoir été en apnée depuis si longtemps."

Alors oui c'était douloureux, mais j'avais tellement l'impression d'être libre, de ne pas à avoir à être quelqu'un que je n'étais pas pour plaire à quelqu'un. Je n'avais pas à faire semblant d'être contente de participer à cette guerre, et j'avais même l'impression qu'il ferait son possible pour m'en préserver. Je glissais doucement mes doigts dans ses cheveux, essayant de plaisanter pour me sentir moins à fleur de peau.

"Et ce baiser c'était juste parce que tu étais terriblement sexy à être prêt à te battre pour moi."

Non, non, je n'étais pas prête à lui sauter dessus dans la seconde, c'était pire que ça, je devais sincèrement prendre sur moi alors que je le dévorais du regard.
DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Ven 1 Nov - 17:42
Don't Cry baby.

Il était hors de question pour moi d'épouser une femme qui n'était même pas fichu de faire la vaisselle ou de servir correctement un verre de vin à son homme. Ma femme était ma future esclave faute de quoi elle pourrait se contenter de Potter. Voilà pourquoi les paroles d'Elliot me laissait transparent. Je n'avais que cure de ces états d'âmes, elle venait tout juste de rompre avec son caniche, qu'elle ne croit certainement pas que j'étais assez sot pour lui sauter dans les bras : Je valais tellement mieux que ça. Bien que la demoiselle au jolis minois pouvait se persuader par la suite que je serai un beau salaud, il était négatif que je ne sois que le pansement, ou la roue de secours. Et pour l'instant elle n'était pas en état normal, ni crédible pour affirmer ce que je savais déjà m'appartenant.

Sans cette carapace qui est à mon origine, la source de ma résistance, je serai aussi faible que l'était Potter, si la sensiblerie lui plaisait je n'étais pas contre-nature, j'étais un homme, un vrai, de ceux qui tapait leurs poings sur leurs torses, je ressemblais énormément à mon père même si je n'approuvais pas toutes ces décisions. C'était à moi, ça m'appartenait. Je n'avais plus le choix autre que d'être lui, un machiste pervers-narcissique.

-Oui .

Répondis-je donc à la question de la demoiselle, que croyait-elle ? Que j'allais ramper à ses pieds sitôt séparée ? Elle rêvait en couleur, elle rêvait encore plus si elle pensait que je n'avais qu'une once de sincérité à son égare. Elliot voulait être le centre du monde, je lui donnait l'illusion de ce qu'elle croyait elle me mangeait dans la main, il ne restait plus qu'à pêcher Potter à la petite cuillère et j'aurais dans le creux de ma main, de quoi même faire chanter les ténèbres. Le pouvoir des forces du mal contre Potter. Cette pensée me fit sourire en coin, elle aurait pu croire que ce sourire lui était destiné, il n'en était rien. Je n'étais qu'un cœur de pierre. Et si parfois mes doutes pouvaient s'avérer imprévisible,mon taux de compassion n'était que le fruit de son imagination.

« "Tu sais si je n'avais pas envie d'être là, j'aurais pu transplaner loin d'ici avant qu'Harry ne m'attrape la main, avant que tu me rejoigne. Mais j'ai envie d'être ici près de toi..." ».

Je le savais depuis le début, Elliot était porteuse du syndrome de Stockholm sans chercher plus loin que la triste réalité, sentant qu'elle avait besoin d'entendre ce qu'elle voulait afin d'être rassurée, je pris une mine de réflexion à ses paroles.

-Vraiment ? C'est attendrissant.

Je la regarde avec cette hautaine indifférence ce livrer à moi comme je l'avais prévus. Elle m'appartient déjà pleinement. Son désir la ronge, et je compte bien nourrir cette souffrance afin qu'elle devienne ce que je souhaite : Entièrement ce que je souhaite. Il est temps pour moi de passer à la phase transformation et de rentre Elliot à l'état de légume mentale afin de réussir ma quête avant d'humilier mon père et de réussir ce qu'aucun mangemort n'a pu réussir. Je sentais à moi venir la victoire et l'humiliation du Seigneur des Ténèbres en ma faveur, j'étais tout proche, cependant la folie commençait tout doucement à m'atteindre et il ne fallait que peu de chose avant que je ne décide d'enfermer Elliot Jensen à vie dans ma cave pour ne l'avoir rien que pour moi.

"J'ai vraiment cru que je serais capable de te détester, de me dire que tu n'étais que l'un des chiens de mon père, de me dire que même si tu étais terriblement sexy, tu ne m'aurais jamais, que j'étais au dessus de tout ça. Mais en faite j'ai l'impression d'enfin respirer après avoir été en apnée depuis si longtemps."

-Tu ne peux pas me détester je suis l'amour de ta vie, et tu n'es pas Elliot, tu es Rose, je veux que tu t'appelles Rose, oublie Elliot, Elliot n'existe plus, elle est ton passé, Rose est ton avenir, c'est le tarif, si tu veux que je t'accorde du crédit.

Ma confiance grandissais à chacune de ses paroles mais je n'étais pas prêt à y croire pleinement, j'étais assez fou pour la rejeter et penser en priorité à détruire Potter. Je pose une main sur le sein de Rose en lui volant un baiser pour la repousser sur le fond du sofa.

-Je n'en aurais pas pour longtemps. Tu devrais prendre un bain .

:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Ven 1 Nov - 22:01


Sans amour nos vies sont dérisoires

Théodore ϟ Elliot

Le comportement de Théodore jeta un froid, je venais de lui faire une déclaration d'amour, et c'était tout juste si il réagissaitn ou plutôt il prenait tout ça pour une évidence, comme si j'étais sa chose, comme si je lui appartenait. Je redescendis aussi vite que j'étais montée, à cet instant il ne me paraissait plus aussi sexy d'un coup. Je le regardais d'un air abasourdie, il me vola un baiser et m'envoya plus loin sur le sofa. J'attrapais l'un des coussins qui trainait sur le canapé et lui envoya en pleine tête, visiblement en colère.

"Et bah m'en accorde pas, je suis pas ta princesse, je suis Elliot que ça te plaise ou non, je ne compte pas oublier mon passé pour être la fille qui te plait."

J'étais en colère, et je sortis de la pièce sans jeter un regard à Théo, l'ignorant totalement, je me dirigeais vers la salle de bain, il avait bien raison, un bain me ferait du bien, je jetais au sol la robe que je portais sur mon dos avant de me diriger vers la salle de bain en sous vêtement rouge, ne gardant que ma baguette dans mes mains. Est ce que je faisais exprès, oui légèrement. Je fermais la porte, je verrouillais plus par principe, il n'avait pas l'intérêt d'entrer, surtout pas avec le comportement qu'il venait d'avoir. Je n'avais pas la moindre envie de le voir. Je fis couler un bon bain chaud, avec de la mousse et cette agréable odeur de bord de mer.

Doucement je m'installais dans l'eau trop chaude pour moi qui faisait rougir ma peau, fermant les yeux pour profiter de cet instant de détente, il était grand temps d'oublier cette journée, de toute façon Théo devait sortir, ce n'était pas plus mal, à cet instant je n'avais pas la moindre envie de voir sa tête. Doucement je me laissais m'enfoncer dans l'eau, jusqu'à me retrouver en apnée sous l'eau, n'arrivant pas à chasser ces mauvais souvenirs, je restais trop longtemps sous l'eau, au point que lorsque je relevais la tête pour reprendre une bouffée d'oxygène je sentis mes poumons me faire mal. J'aurais peut être du m'habiller et partir d'ici, me barrer, ne choisir aucun de ces garçons, juste partir, rentrer chez moi, rentrer aux Etats Unis, oublier cette guerre, oublier tout ça, mais ce n'était pas si simple, et même si c'était des choses que je devrais faire, ce n'était pas se que j'avais envie. Théodore était odieux, mais il faisait battre mon coeur, même si ce n'était pas se que je voulais, c'était se que je ressentais, et ce n'était pas si simple que ça de se battre contre ses sentiments.
DESIGN ϟ VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Mer 6 Nov - 15:24
Don't Cry baby.

Potter n’était qu’un sauvage un être humain non-civilisé du peuple, un endiablé des expelliarmus un crétin du bas-fond. L’idiot du village, je le détestais. Je pouvais avoir peur que Potter me seconde et reprenne ce que je lui avait volé où définitivement monter ce garçonnet contre Rose. Suite au duel, je décidais de revenir dans l’appartement ou elle m’attendait, le nez en sang, nonobstant j’avais pas l'intention de me faire plaindre, j’étais terriblement furieux, terriblement en colère, dans un état de transe peu avenant, furieux de m’être laissé blessé, furieux de ce qu’il se passait actuellement,je perdais contrôle et je n’étais pas prêt à recouvrir Rose d’amour après ce que je venais d’affronter : La moisissure suprême. Tiens, c’est ainsi que j’allais l’appeler maintenant. Je me dirige vers la salle de bain ou Rose repose dans la baignoire depuis maintenant un bon moment.
J’ai la chance d’avoir pu me revêtir de mes habits de luxueux, malheureusement, ma chemise blanche est tâché de sang.

-Rose tu ouvres cette portes nom d’un botruc ! ROSE !


Je m’agace fortement à son indignation et je prends ma baguette pour lancer l’alohomora. Je la regarde avec fureur et me dirige d’un pas rapide vers l’infirmerie pour attraper de quoi soigner ce fichu nez. Je commençais à me demander si le Lord ne s’en était pas privé afin de limiter une zone sensible durant un combat. Sans un regard de plus, et la snobant par le faite de mes émotions trop aléatoires, j’encaisse et je sors avec une potion dans la main. Je la voyais déjà rire de son idiot du village qui m’avait collé une beigne alors que lui n’avait rien eu… Ne serait ce qu’un mal de fou mentale. Je claque la porte de la salle de bain d’un geste rageur à la limite de démonter les joints de la porte.

En réalité, une fois dans le sofa du salon, une fois que je m’assieds et que j’ouvre le flacon pour panser ma blessure, je me concentre à me canaliser sur mes émotions devenu trop douloureuses. Jamais je ne m’étais battu pour qui que ce soit d’autres que pour ma mère et même s’il s’agissait d’un jeu, la peur que Rose quitte l’appartement était plus présente que jamais. Il n’avait plus le choix, il allait devoir peut-être l’enfermer… D’ici à ce que la jeune fille comprenne le tout il n’y avait qu’un pas. La cave ou le grenier… Si je ne versais pas de larmes comme Potter la fillette on pouvait aisément voir sur mon visage que ça n’allait pas.




:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Mer 6 Nov - 17:36


Sans amour nos vies sont dérisoires

Théodore ϟ Elliot

J'avais attendus un long moment avant que mon bain soit prêt, l'eau était bouillante, c'était presque difficile de rentrer dans l'eau mais c'était comme ça que j'aimais les bains, et sincèrement c'était un bon moyen de me détendre. Je n'arrivais pas à comprendre la façon d'agir de Théo étant un moment doux de l'autre extrêmement froid. Je n'avais pas l'habitude que l'on me résiste, que l'on me traite autrement que comme si j'étais la princesse du monde. C'était peut être à cause de ça que j'avais si mauvais caractère mais ce n'était pas si évident lorsque l'on était fille unique. J'étais presque endormie, l'eau jusqu'au menton lorsque je fis un bond à cause de la violence avec laquelle Théodore s'agaça contre la porte, hurlant comme si quelque chose de grave arrivait.

"Attends j'arr.."

Je n'eus pas le temps de me lever que la porte s'ouvrit à la volée, me faisant ronchonner. Je ne compris pas se que j'avais fais pour mériter ce regard noir, mais à vrai dire je n'avais pas pris le temps de me poser la question, inquiètée par la tâche de sang qui recouvrait sa chemise. J'attrapais ma baguette et enfilais le peignoir qui lévitait jusqu'à moi avant de me précipiter derrière lui, laissant des tâches d'eau au sol. Mais la porte se claquait avec force. Il était dans un état émotionnel assez inquiétant et en voyant dans quel état physique il était je me demandais bien se qu'il avait pu se passer. J'aurais peut être du lui demander, mais sincèrement en me mentant à sa place, je pu me dire que ce n'était pas la meilleure des idées, et puis de toute façon il y avait plus urgent. Il avait récupéré un potion pour se soigner, ce n'était pas la meilleure des idées, se serait long, et douloureux. Je le rejoins, m'installant à côté de lui sur le sofa.

"Attends, laisse moi faire."

Doucement je pris son menton pour observer la fracture. J'observais avec attention la plaie, sans y toucher, j'avais assez assisté ma mère pour savoir repérer les gros bobos et les guérir. Bon pour être honnête j'étais aussi assez douée pour les soigner que pour me les faire, que se soit au Quidditch, ou dans mes mésaventures.

"C'est cassé, ta potion va prendre toute la nuit pour soigner ça, et pas sûr que ça soit remit droit. Ma mère est médicomage, je sais se que je fais. Ne bouge pas, fais moi confiance."

J'attrapais ma baguette, et observant quelques secondes la plaie, à vrai dire je prenais soin de vérifier qu'il ne bougerait pas avant de lancer mon sort.

"Nasus Emendo."

Lorsque l'on sait le danger de ce sort mal exécuté, ça pouvait être inquiétant, mais je maitrisais parfaitement pas mal de sort de soin. Et pour être honnête le plus impressionnant restait de laisser quelqu'un qui pointait une baguette sur vous lancer un sort. Mais qu'importe si il m'avait vexé, je ne voulais que l'aider. J'eus un petit sourire satisfait lorsque la fracture se résorbait.

"C'est beaucoup mieux."

Je fis apparaitre un verre d'eau avant de le tendre au jeune homme. Il aurait sans doute préféré un whisky mais après un coup pareil il ferait mieux de s'hydrater. Je resserais mon peignoir, il faisait un peu frais pour le coup, mais je n'avais pas envie de le laisser, je voulais savoir se qu'il s'était passé, même si je ne le forcerais pas, en tout cas il ne fallait pas être un génie pour voir qu'il n'allait pas bien.

"Tu veux en parler?"

Je posais ma tête sur son épaule, caressant avec douceur sa main.
DESIGN ϟ VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Hier à 10:05
Don't Cry baby.

Au fin fond de mon être je pense que j'étais colérique parce que cette situation me dépassais. J'avais inventé cette Rose pour me protéger de mon erreur mais le visage d'Elliot flottait à chaque fois. J'avais peur qu'elle m'échappe. Et peut-être que c'était la première fois que j'avais un sentiment de honte et de peur m'envahir. Je commençais à supporter sa présence et c'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça voulait dire beaucoup!(Coucou France Gall). De plus l'attitude de cette fille me laissait franchement pantois. J'avais beau espérer qu'elle me déteste et qu'elle me rende la tâche plus compliqué j'avais atteint mon but plutôt que prévu et ça me décontenançait. Qu'est-ce que j'allais foutre d'elle, à présent qu'elle était complètement à moi ? Même là, sa réaction prouvait qu'elle était mienne et je ne savais pas comment réagir, si je devais tout lui avouer pour m'en débarrasser et fuir loin, très loin avec ma mère, pour le coup ce plan me paraissait être le meilleur du monde, mais il fallait qu'Elliot est la réaction le plus juste du monde en prenant soin de moi, j'eu un réflexe stupide de recule, probablement de peur qu'elle ne me casse encore plus avec sa baguette... Depuis quand elle l'avait récupérer ?! J'avais vraiment baissé ma garde et le pire c'est que j'étais crispé lorsqu'elle me touchait. Crispé car coupable. Coupable de mes agissements, de ce que je ressentais.

-Ta mère est médicomage ?

Je répétais un peu éberlué par la situation.

-Ma mère déteste la tienne.

Dis-je d'un ton détaché pourtant tellement provocateur d'une voix rauque qui m'empêche de prendre le temps d’apprécier ce moment où enfin ou me considère pourtant comme d'un être à part entière.

-Merci...

Fis-je en le tâtant haussant un sourcil. Elle avait réussit à récupérer sa baguette et elle n'avait pas fuit ? Pourquoi ? Elle était vraiment étrange comme nana, folle sans aucun doute. Plus j'avançais dans mes réflexions sans la quitter du regard plus je comprenais que je n'avais plus besoin de l'enfermer.

-J'ai donné rendez-vous à ton idiot d'ex. Dans le but de lui faire comprendre que je ne voulais plus qu'il t'approche. Je pensais pouvoir communiquer pourtant il a frappé en premier et en pleunichant. Qu'est-ce que tu foutais avec lui ?! Il est hors de question que tu le revoies.

J'attrappe la chevelur d'Elliot pour ramener son visage contre moi, menaçant au possible.

-Hors de question.

Articulais plus que nécessaire tout en approchant mes lèvres des siennes pour lui offrir un baiser d'amour sincère.





:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

 Sans amour nos vies sont dérisoires FT Théodore Empty
Hier à 21:09


Sans amour nos vies sont dérisoires

Théodore ϟ Elliot

Pour quelqu'un qui se vantait de tout savoir de moi, il était clair que c'était loin d'être le cas. Je souriais, le parcours de ma mère était assez atypique, elle avait arrêté de vivre durant des années et ne s'était épanouie que lorsque nous étions partit vivre aux Etats Unis. Mais une chose était certaine, elle avait prit soin des autres toute sa vie, d'ailleurs si elle n'était pas restée en France avec mon père à profiter d'une vie de princesse, c'était à cause de moi, pour me protéger. C'était un sacrifice que je n'aurais jamais été prête à faire, il n'y avait qu'à voir comment j'avais fais un trait sur mon histoire avec Harry pour mon propre bien être, pour me sentir aimer, pour être heureuse. En faite je ne me voyais pas supporter ma vie, ni me voir survivre, juste vivre. C'était étrangement égoïste, mais ça faisait partit de moi.

"Elle était infirmière, mais elle a reprit ses études aux Etats Unis, elle est devenu Médicomage lors de ma dernière année à Ilvermorny."

Elle avait beaucoup travaillé, profitant de notre internat pour faire ses études, bon il fallait l'avouer qu'elle avait un tuteur digne de ce nom, celui qui avait sauvé Harry. Pendant quelques secondes je me demandais se qu'elle penserait de tout ça lorsque Théo me sortit de mes pensées, sa mère détestait la mienne?

"C'est bien qu'elle ne la connait pas, personne ne déteste ma mère, elle est la bienveillance incarnée... J'avais compté à se que l'on puisse l'envoyer chez elle le temps de l'installer dans la ville de son choix sur le continent Américain. Ca risque d'être compliqué pour le coup."

Je fis une petite moue en essayant de réfléchir aux solutions qui pouvaient s'offrir à moi, je savais comment l'exfiltrer, je savais comment l'approcher, il ne me restait plus qu'à trouver comment l'installer. Surtout qu'il y avait très peu de chance que je puisse l'accompagner, je savais déjà que pour l'approcher, je devrais sans doute sacrifier de ma personne, offrir une diversion qu'il ne pourrait pas refuser. Je m'en sortirais, je savais que je ne lui servirais que vivante, et il ne pourrait pas m'empêcher de m'enfuir.

Je fut surprise de voir Théo avoir un mouvement de recul lorsque je pointais ma baguette vers lui, le faire agir comme si il n'avait pas l'habitude de ce contact humain si naturel. Appuyée contre lui, profitant de cet instant je l'écoutais me raconter se qui lui était arrivé. Je savais qu'il ne me disait pas toute la vérité, je connaissais Harry, jamais il ne l'aurait frappé comme ça, ce n'était pas du tout son style, il était plutôt du genre à fuir les soucis que de les affronter. Alors Harry arriver et casser le nez de Théo gratuitement? Impossible, mais je ne cherchais pas plus loin, je ne voulais pas savoir, ça ne m'intéressait pas. Alors qu'il approchait mon visage du sien, avec un air qui se voulait menaçant, je souriais légèrement amusée. J'aimais ce côté possessif, j'aimais ce côté jaloux, c'était sans doute tout se qui me manquait avec Harry. J'avais envie de riposter, mais mon regard était figé sur ses lèvres qui s'approchaient dangereusement des miennes, je sentais cette sensation que je n'avais plus ressentis depuis si longtemps, ces papillons qui se battaient dans mon bas ventre, et mon coeur qui s'accélérait alors qu'il m'offrait un baiser passionné. J'avais l'impression que mon cerveau s'éteignait à cet instant, pour être honnête, ce n'était pas tout à fait vrai, mais c'était le genre de pensée qui devaient être interdite aux moins de 18 ans.
Je rompis finalement ce baiser, se fut sans doute l'une des choses la plus difficile qu'elle eut à faire, mais je voulais mettre les choses au clair :

"Tu rigoles j'espère, déjà je veux régler cette histoire, hors de question qu'il t'abime encore si vous vous recroisez."

Je passais doucement mes mains dans ses cheveux, le regardant droit dans les yeux.

"De toute façon tu n'as aucune raison de t'inquiéter, il ne pourra rien dire qui changera comment je te vois, et se que je ressens pour toi. Je t'ai promis de t'aider le premier jour que l'on s'est rencontré, aujourd'hui je te promet que tu pourras toujours compter sur moi quoi qu'il arrive. Oublie le. Je t'aime, c'est tout se qui compte."

A contre coeur je me détâchais de lui, et fis un tour dans la cuisine, je n'avais pas cuisiné, mais je lui apportais son assiette, un boeuf bourguignon cuisiné par Ordure. Posant les assiettes sur la table basse.

"Faut que tu reprennes de force, même si le sortilège répare instantanément l'os, il faut soulager le corps du traumatisme et reprendre des forces. A chaque fois que je faisais une chute de balais ma mère m'envoyait des cookies lorsque j'étais à Poudlard. Faut pas croire mais j'étais une excellente poursuiveuse, je suis juste un peu maladroite, parfois. Donc un bon repas et au lit, tout ça ne sera plus qu'un lointain souvenir."

Ce côté je le tenais de ma mère, elle était une véritable mère poule, et aimait prendre soin des autres, c'était bien la première fois que faisais comme elle, c'était presque étrange, surtout à quel point c'était naturel auprès de lui. J'attrapais une fourchette pour manger ce plat qui me semblait inconnu du moins de nom, on évitait assez tout se qui rappelait la France, en particulier depuis la mort de ma grand mère, sans doute des mauvais souvenirs pour ma mère, généralement on mangeait des plats d'origine Améridienne ou anglaise mais ce n'était pas mauvais, et ce goût ne m'était pas inconnu.

"Je suis persuadée que j'ai déjà mangé ce truc, ma grand mère paternel me faisait souvent manger des trucs français, je me souviens que petite j'avais des macarons à presque tous les goûters, c'est elle qui m'a apprit à parler français, même si pour être honnête, ça sert absolument à rien. Des fois je me dis que j'aurais aimé une famille normale, une vie normale, et d'autres je me dis que ça aurait été parfaitement ennuyant, et que j'aurais été vachement moins libre."
DESIGN ϟ VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:
Le contexte, l’apparence, les idées sont la propriété du staff de EMB. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.Design par Pantalaimony R.Mills ; Codage adapté des LS de Halloween et Alice de N-U.Spécial Remerciements à Panta mais également à toute l'équipe codage de PRD (Dune,Heaven & Odyssea)