Never Utopia
ChatBox
RSS
RSS


La guerre est déclarée, le mal s'étend sur l'Europe, Harry Potter est porté disparu, la résistance réussira-t-elle à rétablir le bien?

 

Intrigue 1 : Morsmordre
 :: L'Angleterre :: Le Manoir de Wiltshire - QG des Mangemorts


Mon Personnage
Puissance Puissance: 5 XP (Voldemort)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Dim 20 Oct - 11:49
Morsmordre
Lord Voldemort & les mangemorts
Les mangemorts subirent cette terrible brulure familière, le maitre voulait les voir, ils n'avaient pas d'autre choix que d'obéir, et vite si ils ne voulaient pas subir les foudres du terrible Voldemort. Il était en colère, et il avait de quoi, les mangemorts avaient affichés leurs cruautés, leurs incompétences et s'étaient fais dépasser par des enfants, parce qu'il fallait être honnête, que se soit la gamine qui avait hurlé sur la place publique qu'il n'était pas le maitre, ou les membres de l'ordre présent, se n'étaient que des enfants... La réunion avait lieu dans le manoir de Wiltshire, chez les Malefoy qui se faisaient tout petit. Il faut dire que Lucius avait déjà subit la colère de son maitre après la trahison de son fils, il était le premier assit autour de cette grande table, silencieux, pensant ses plaies autant physiques que mentales, ne disant rien alors que le seigneur noir faisait de aller retour devant la cheminée allumée. Nagini était installée dans un coin, formant une masse noir dont seul les yeux rouges ressortaient alors qu'elle veillait sur son maitre.

Petit à petit les mangemorts arrivaient autour de la table sans que le seigneur noir ne quitte du regard le feu qui brûlaient dans l'antre de la cheminée. Se ne fut qu'une fois toutes les places prisent, mise à part celle de Drago qui restait désespérement vide sous le regard terrifié de son père, que Lord Voldemort fit enfin volte face pour faire face à ses "invités". Il fit le tour de la table, caressant le dos des chaises dans le moindre bruit, caressant l'épaule de Bellatrix, attrapant les cheveux de Cora, posa une main puissante sur l'épaule de Marcus avant de prendre la parole.

"Quelle étrange surprise que des enfants réussissent à mettre en déroute mes fidèles mangemorts."

Sa voix sifflante glaçait le sang de ceux qui savaient avoir fauté aux yeux de leur maitre. Lucius Malefoy semblait avoir perdu plusieurs centimètres à force de s'écraser sur lui même en espérant disparaitre aux yeux de son maitre. En tendant l'oreille l'on pouvait entendre les larmes de Narcissa qui faisait grimacer Bellatrix qui semblait bouillir sur place. La poigne de Voldemort se resserra sur l'épaule de Marcus.

"Prouvez par la parole que ces petites créatures inutiles sont dans le faux aurait pu être à la hauteur de mes fidèles si vous n'aviez pas poursuivit votre action en massacrant MES RUES et laissant MES mangemorts s'enfuir avec l'ennemi."

Le ton avait monté au fur et à mesure de sa phrase, pour finir il avait clairement hurlé. La colère de Voldemort était pesante dans la pièce. Puis il semblait se radoucir, repartant dans son tour de table.

"J'apprends que Harry Potter se trouvait sur cette place et qu'aucun de vous n'a eut l'idée de m'apporter un tel présent. Harry Potter, vous avez laisser Harry Potter vous filer entre les doigts."

Arrivé à sa place, Voldemort posa ses mains sur la table, observant de son regard rouge chaque personne présent autour de cette place, personne n'échappait à son jugement sur le comportement qui avait eut lieu sur cette place. D'ailleurs son regard sévère se posa sur Severus Rogue.

"Je pensais avoir des personnes de confiance sur le terrain qui n'ont même pas jugé bon de quitter leur confort pour me ramener un présent digne de ce nom."

Vint le tour de Cora, pendant un instant Tom eut cette impression qu'elle avait l'air fragile sur cette chaise, mais non, personne ne pouvait s'y tromper, cette femme rivalisait avec Bellatrix pour le rôle de la plus terrible de toutes.

"Qui n'aurait pas laissé leur petit plaisir personnel prendre le pas sur le principal."

Le regard était sévère, il avait été déçu et chacun se valait de sa petite remarque.

"Maintenant je vous demande une chose simple. Mais où est Harry Potter?"

Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Johnes
Mangemort
Mangemort
Marcus Johnes

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Dim 20 Oct - 20:30

Váli

Marcus
Johnes

Váli ressentit soudain son poignet irradier d’une douleur mordante. Ce n’était… pas un bon signe. Du tout. Du tout du tout. Un frisson parcourut son échine. Le Seigneur des Ténèbres allait réclamer des explications, bien entendu. Et Váli était à peu près convaincu que sa vision à long terme ne lui conviendrait pas. En dépit du désastre provoqué par la disparition de Miss Jensen, et de… l’enthousiasme de ses collègues Mangemorts, il avait réussi à réorienter ses plans sur le bon chemin.

Le chemin vers la fin de la résistance et l’extermination des récalcitrants.

Un seul coup.

Tout ce qu’il nécessiterait serait un seul coup.

Váli transplana dans son appartement, où il réapparut dans un craquement à peine audible. Il ôta son chapeau, qu’il jeta sur le fauteuil, puis arracha son masque. Il le contempla un instant, son regard sombre se perdant dans la lentille teinte en rouge du crâne de corbeau.

Oui…

Le plan n’avait été déraillé qu’un court moment avant d’être remis en marche vers la bonne destination. Qu’importait la voie, il suffisait d’arriver au même endroit. Qu’importait que la flèche soit tirée par un arc ou par un autre, le résultat serait le même si elle touchait la cible.

Ce qui était capital, c’était que la flèche touche le centre. Pas le bord, pas le milieu, non. Le centre. Décapiter l’hydre d’une seule frappe. Écraser la fourmilière d’un coup de botte. Anéantir l’ennemi une bonne fois pour toutes et ne plus jamais regarder en arrière.

Váli déposa le masque sur le fauteuil, puis il ôta son costume de Mangemort pièce après pièce, méticuleusement, et une fois qu’il fut redevenu Marcus, il transplana vers le manoir de Wiltshire.


Marcus
Johnes

Lord
Voldemort

Morsmordre
L’ambiance n’était pas, comme diraient les jeunes, follement frappadingue (avaient-ils jamais dit cela un jour ?). Voldemort patientait dans une fausse mise en scène de magnanimité tandis que les Mangemorts arrivaient les uns après les autres. Marcus jeta un œil sur le côte.

Ce serpent visqueux qui suivait le Seigneur des Ténèbres comme son ombre était tapi dans un coin reculé. La masse noire d’écailles et de venin restait immobile, ses yeux vitreux fixés dans le vide.

Dans le silence lourd qui écrasait la pièce, Marcus se dirigea vers sa place et s’installa à la table. Là, dans l’immédiat, il ne dirait pas non à une bonne tasse de thé au jasmin…

Une fois que tous furent arrivés, Voldemort daigna enfin se mouvoir. Un vrai reptile. Il tourna autour de la table, ce qui lui prit un certain temps mine de rien, serpentant le long des chaises, pour finir par poser sa main sur l’épaule de Marcus. Et l’enserrer sans plus de préoccupation pour l’abominable violation de l’espace personnel qu’il était en train de commettre.

Discours paternaliste dans trois…

Deux…

Un…

— Quelle étrange surprise que des enfants réussissent à mettre en déroute mes fidèles Mangemorts.

Bingo.

Et non. Pas une surprise et pas étrange non plus, après tout la moyenne d’âge pour combattre un sorcier noir tournait autour des deux ans. À ce stade de compétence, la surprise n’était étrange que parce que ces dits enfants étaient déjà majeurs.

— Prouver par la parole que ces petites créatures inutiles sont dans le faux aurait pu être à la hauteur de mes fidèles si vous n’aviez pas poursuivi votre action en massacrant MES RUES et laissant MES Mangemorts s’enfuir avec l’ennemi.

Zen.

Calme.

Tout était prévu.

Planifié d’un point à l’autre, avec un brin d’improvisation au milieu peut-être, mais globalement il n’y avait rien à craindre. Marcus tâchait de rester serein. Voldemort le relâcha enfin pour reprendre son tour de table théâtral.

— J’apprends que Harry Potter se trouvait sur cette place et qu’aucun de vous n’a eu l’idée de m’apporter un tel présent. Harry Potter, vous avez laissé Harry Potter vous filer entre les doigts.

Sciemment.

— Je pensais avoir des personnes de confiance sur le terrain qui n’ont même pas jugé bon de quitter leur confort pour me ramener un présent digne de ce nom. Qui n’aurait pas laissé leur petit plaisir personnel prendre le pas sur le principal. Maintenant je vous demande une chose simple. Mais où est Harry Potter ?

Excellente question. Marcus s’enfonça dans son fauteuil, croisa les jambes et joignit les mains.

— Actuellement en sécurité, mon Seigneur. Loin de nous, loin du peuple, dans une cachette certainement incartable en train de lécher ses blessures et de s’entretenir avec les siens à propos de la marche à suivre.

Marcus se leva et posa les mains sur la table à son tour.

— J’assume l’entière responsabilité de ce qu’il s’est passé au chemin de Traverse. C’est de ma faute si le chaos règne et si les résistants se sont enfuis. Mon Seigneur, vous contrôlez le ministère. Vous contrôlez les médias. Si vous avez placé cette andouille de Macnair au poste de ministre sans que le peuple le questionne, si vous avez placé Lacroix à son poste de président sans que ces crétins de Français ne sourcillent, eux qui sont prêts à revêtir leur cape jaune pour le moindre poil de balai de travers, alors il nous est possible de tourner l’opinion publique contre la résistance. Ces rues, vos rues, en proie à la destruction et au chaos ne sont à mon sens qu’un maigre tribut à payer pour détruire la réputation de nos opposants.

Marcus se redressa et fit rouler sa tête pour se détendre la nuque. Il tripota machinalement son anneau enfoncé sur son majeur et reprit la parole.

— Ce que j’ai fait, ce que j’ai essayé de faire, je l’ai fait afin d’une part de donner raison à nos actes, et d’autre part d’éviter la création de plusieurs cellules rebelles. Le public doit savoir que si nous en sommes réduits à des actes de violence, c’est parce que nous n’avons pas d’autres choix. Ce jeune garçon qu’a arrêté Cora, il détruisait à tout va la rue sans aucune justification. Lui le premier a ouvert les hostilités.

Marcus leva un index.

— Presque le premier, en vérité. La situation n’a dégénéré que parce qu’un Mangemort dont j’ignorais l’existence jusque-là – et puisque je ne le vois pas à cette table je déduis qu’il n’est même pas l’un des vôtres, Seigneur, en dépit d’avoir porté l’uniforme – a kidnappé Miss Jensen, la chef des résistants, sous les yeux du peuple, ce qui a mis le feu aux poudres à ce moment bien précis. C’est un sujet inquiétant, mais qui importe peu dans l’immédiat.

Marcus s’éclaircit la gorge.

— À l’heure où nous discutons, Seigneur, les résistants se sont unis sous une seule bannière, celle de Harry Potter. Et c’est parfait. Tuer Potter seul ne ferait que liguer le peuple contre nous, et si vous, Seigneur, pouvez éliminer votre némésis, nous ne pourrons pas survivre au soulèvement d’une nation. Grâce à la fausse victoire que nous venons de leur accorder, les résistants se réuniront et deviendront trop sûrs d’eux-mêmes. Il nous suffira de fabriquer l’incident idéal pour les attirer, et à ce moment-là, nous pourrons les écraser d’un coup d’un seul.

Marcus ferma vivement le poing.

— Et, enfin, vous pourrez obtenir la paix et l’ordre que votre règne mérite, mon Seigneur. Mes actions nous seront peut-être dommageables dans l’heure qui vient, mais je crois sincèrement qu’elles vous seront profitables sur le long terme.

Marcus se rassit et réarrangea sa chemise et sa veste. Tout ce qui l’inquiétait, dans l’immédiat, c’était que ce satané serpent sinue jusqu’à lui et l’enserre dans ses écailles dégoûtants. Marcus savait que ses actes n’avaient pas nécessairement été évidents, mais il ne les avait entrepris que pour assurer la pérennité du règne de son maître.
Voir le profil de l'utilisateur


Intrigue 1 : Morsmordre  Signature-marcus
Cora Miller
Mangemort
Mangemort
Cora Miller

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Lun 21 Oct - 10:59
Il n'y a que les absents qui ont tords.

"Quelle étrange surprise que des enfants réussissent à mettre en déroute mes fidèles mangemorts."

J'ai le souffle coupé. Jalousie qu'il caresse cette horrible catin, effarée de sa brutalité envers moi. Je ressens une soudaine explosion jaillissante en moi. La colère, insupportable, je tremble, incontrôlable. Il le sait, le maître le sait, j'étais la seule, LA SEULE FEMME à réagir, et elle, cette horrible prostituée, se fait caresser ?! Folle de rage, il donnait la donne des le début. Mes iris affrontèrent ceux de Bellatrix et je jure devant Salazar Serpentard lui même de la tuer coûte que coûte. Le regard que nous nous lancions est cruel et bourré d'animosité, je me tais nonobstant, je ne suis pas fière de ça. Je vais exploser, je suis comme une cocotte minute enragée. Et le pire c'est que cette enfoiré de Lucius est le beau frère de Bellatrix ? Elle est belle la loyauté tiens ! Magnifique ! Heureusement, et ce qui est surprenant c'est que c'est le timbre de voix de Marcus qui semble apaiser mon cruel tourment.

Nagini et moi passons beaucoup de temps ensemble ces derniers jours, ma mission depuis ma rencontre avec le Maître. J'ai appris à l'aimer pour ce qu'elle était, j'ai compris son amour aussi, et sa jalousie qu'une femme puisse la laisser pour compte. Alors je lui est expliqué qu'elle serait toujours première, qu'elle serait la seule et l'unique, et que même si mon amour pour mon maître était véritable, je ne ferai jamais de l'ombre à Nagini, contrairement à Bellatrix(j'insistais sur ce point.). Je glissais ainsi mes doigts sur ses écailles. Montrant à l'affreuse choucroute que j'avais ce privilège, moi, d'être accepté par la véritable femme du Lord, et pas elle, j'avais réussi ma mission, j'aimais Nagini à présent au point même de me sacrifier sans hésitation pour la sauver. Caresser sa peau brillante me détendais, qui l'eut crû? Je respire un peu plus, même si mes sanglots sont à deux doigts de se montrer, je les ravalent difficilement, je ne veux surtout pas montrer ma faiblesse ici. Ni au maître ni aux autres, je me rends compte que Marcus est peut-être le seul sur qui je peux me risquer un regard de faiblesse sans risquer une moquerie.

« — J’assume l’entière responsabilité de ce qu’il s’est passé au chemin de Traverse. C’est de ma faute si le chaos règne et si les résistants se sont enfuis. Mon Seigneur, vous contrôlez le ministère. Vous contrôlez les médias. Si vous avez placé cette andouille de Macnair au poste de ministre sans que le peuple le questionne, si vous avez placé Lacroix à son poste de président sans que ces crétins de Français ne sourcillent, eux qui sont prêts à revêtir leur cape jaune pour le moindre poil de balai de travers, alors il nous est possible de tourner l’opinion publique contre la résistance. Ces rues, vos rues, en proie à la destruction et au chaos ne sont à mon sens qu’un maigre tribut à payer pour détruire la réputation de nos opposants.  »

Je le regarde, presque éblouis, perdant un instant mon anxiété. Je le laisse poursuivre, je ne souhaite plus l'interrompre, alors que les autres semblent heureux que Marcus possède des couilles de titans quitte à payer pour l'absence des autres... J'entre-ouvre la bouche pour le refermer. Mon regard se tourne vers Severus, un regard furieux et déçu qu'il ne m'est pas aidé alors que j'avais besoin de lui. Il y allait avoir confrontation de toutes évidences il ne perdait rien pour attendre.

« — Ce que j’ai fait, ce que j’ai essayé de faire, je l’ai fait afin d’une part de donner raison à nos actes, et d’autre part d’éviter la création de plusieurs cellules rebelles. Le public doit savoir que si nous en sommes réduits à des actes de violence, c’est parce que nous n’avons pas d’autres choix. Ce jeune garçon qu’a arrêté Cora, il détruisait à tout va la rue sans aucune justification. Lui le premier a ouvert les hostilités. »

Mais il est parfait ! Mes lucarnes lagons semblent piquer un peu plus, c'est précisément ici que je ressens le besoin de le protéger à nouveau. Je ne veux pas qu'il prenne pour moi, je dois accepter ma faute, je ne comprends pas, c'est la première fois que je ressens le besoin de m'exprimer, d'exister pour quelqu'un, même s'il s'agit d'une toute petite fois, de quelques minutes, j'ai l'impression de ne plus être seule au monde et pour ça, Marcus allait être mon roi.

« "Qui n'aurait pas laissé leur petit plaisir personnel prendre le pas sur le principal." » 

J'explose, littéralement.

-Ce n'est en rien la faute de Marcus. Je sais où se trouve Jensen, elle est en sécurité. Potter est un lâche qui s'est enfuit sans même prendre en compte la recherche de sa petite amie enlevé. Si le jeune garçon qui a enlevé la jeune fille portait nos masques, c'est parce que son père ma payé en conséquence. Je suis une raffleuse avant tout, je vous l'ais toujours dis. Vous le savez, depuis toujours.

J'ai le visage qui se crispe en affrontant  le regard de mon maître.

-Mon plaisir personnel, n'était autre que de vous défendre coûte que coûte, pendant que Marcus et moi nous nous battions corps et âmes, d'autres restaient aux abonnés absents, ne prenant même pas la peine de venir. La situation politique n'était pas en danger jusqu'à ce que ce jeune garçon lance des bombarda à tout vas et dont sur le seul ici présent qui tentait de montrer au peuple nos actions sous le bon jour.

Des gouttes de sueurs viennent enfin perler sur mon visage blanc, preuve irréfutable de ma colère et de ma peur grandissante. Non je n'étais pas sur-humaine comme je me plaisais à le croire, si Nagini semble s'approcher dans un élan presque de gentillesse ce n'est pas assez pour calmer mes vertiges soudains. J'ai déshonoré mon maître, je me trouve nulle et impuissante et pourtant je reste forte, ne serait ce que pour soutenir celui qui a sauvé cette affreuse révolte.

-Je vous le demande, Maître, comme un vœu, s'il vous plaît, ne punissez pas Marcus, je veux prendre la responsabilité en entière, je n'ai pas d'enfants, contrairement à lui, Nous ne pouvons le punir.

Mes iris lagons fixaient ceux du Lord, tremblante, j'avais peur à une révolte numéro 2 d'Henry, faiblissant et suivant les mêmes traces de Drago.

-Je vous en supplie, punissez-moi.

Cette fois, le silence est palpable et je suis victime de mes larmes roulant sur mes joues. J'ai honte et je me rends compte à cet instant précis que je ne suis rien qu'une merde. Je suis à deux doigts de m'effondrer à cause de cette pression et de ses yeux rivés sur moi. Ma main posé sur le crâne de Nagini pour me soutenir était le seul pilier que j'avais pour ma propre résistance. Si je pouvais entendre le ricanement de Bellatrix pourtant muet, je n'avais plus qu'une trouille : Celle de mourir sans pouvoir avoir accompli ma tâche : Tuer mon géniteur.
:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur




Che Bel Fior!E questo è il fiore del partigianoEt c'est la fleur du partisan Morto per la libertà!
Henry Johnes
Mangemort
Mangemort
Henry Johnes

Mon Personnage
Puissance Puissance: 1 XP (Sorcier/Elève)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Mar 22 Oct - 23:22

MorsmordreVoldemort, les mangemorts & HenryAprès le dit incident entre les dit résistant et mangemort, Henry s'est entretenue avec Severus Rogue, le directeur de Poudlard pour lui faire un résumé de ce qui vient de ce passer à la demande de celui-ci. Leur conversation n'aura pas eu le temps d'être bien long quand leur bras respectif leur donne la sensation de morsure. Le Seigneur des ténèbres demande rassemblement, il ne fallait pas longtemps pour Henry d'en connaître la raison... Et étant devant le professeur Rogue, il ne pouvait pas se défiler comme il l'aimerait. Cependant, il n'a clairement aucune excuse, il ne pouvait pas se défiler. Et il ne peut pas non plus prétexter avoir des obligations à Poudlard, car il était avec une personne qui pouvait sans mal lui retirer ces mêmes obligations. C'est donc dans le dilemme absolu qu'Henry prend sa place à la grande table au manoir Malfoy en compagnie du maître de potion. Une fois assis, Henry peine à détacher son regard sur la place vide et sur Lucius pensif. Celui-ci avait l'air d'être au plus mal, et de suite Henry imaginait le possible état de son père si jamais il suit les pas de Drago. Il ne pouvait pas se le permettre, il ne pourra jamais partir en sachant que son père pourrait se trouver dans le même état que Lucius. Il n'avait pas le choix, il fallait vraiment qu'il reste chez les mangemorts. 

Henry baisse les yeux et fixe ses mains entrelacé quand Voldemort expose sa vision de l'attentat que chemin de Traverse. Il serre la mâchoire quand il voit qu'il touche et serre l'épaule de son père et à la soudaine sensation de respirer de nouveau quand il le lâche enfin. Il relève silencieusement la tête seulement quand Marcus prend la parole. Si fort... Si sûr de lui et pour le coup, courageux de parler de la sorte à leur maître. Mais ses paroles paraissent tellement censées ! Encore admiratif de son père, le jeune garçon approuve tous ces dires et intérieurement met à raison de ses actions à lui. Moins ceux de Cora en revanche... Une violence gratuite à ses yeux, car il voyait bien dans les yeux de la jeune femme que cette action n'avait pas pour but de faire stopper les sorts de bombarda. Cependant, il ne lui lance aucunement la pierre. Car quand celle-ci prend la parole, elle défend directement et avec ferveur son père et en va de supplier le Seigneur des Ténèbres qu'elle soit puni elle plutôt que lui. Ajouter à cela qu'elle a prit soin de ne pas parler de lui, très certainement pour le protéger.

Serait-il enfin de compte un fardeau ?

Henry pince les lèvres et secoue légèrement la tête pour se ressaisir. Son but premier, actuellement, est de ce faire le plus discret possible. L'idéal serait même que Voldemort l'oublie, oublie son existence et ne remarque donc pas ses absences. Et inconsciemment, Cora y a contribué, son père par contre... Son charisme et ses stratégies ne peuvent pas passer inaperçus et le simple fait d'être le fils qu'une personne aussi efficace et brillante que lui le rend visible. C'est donc pour cette raison qu'il reste silencieux. Il prendra bien entendue la parole quand se sera nécessaire. Mais heureusement pour lui, personne n'a l'air de le remarquer. Ni de dire des propos le concernant, il fallait en profiter et espérer que ça dure pendant tout l'entretient. Par contre, si son père est exposé à toute possibilité de se faire torturer, Henry tentera de lui faire éviter en s'exposant au maître. Il commence déjà à réfléchir à des phrases qui l’empêcheraient de faire du mal à son père si besoin en est. Il a tant fait pour lui, la moindre des choses est qu'il puisse se dire que son fils ne l'abandonnera pas. Qu'il ne restera pas de marbre quand il peut lui arrivé du mal. Il n'aura pas de grand impact, après tout, il n'est qu'un jeune sorcier de bientôt 17 ans... Il n'est qu'un petit oiseau face au serpent. Mais c'est toujours mieux que de ne rien faire quand il s'agit de défendre un modèle, une personne qui lui est cher. 

 
:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Plus rien n'est aussi simple...

Pardonne mes erreurs et battons nous pour notre survie, ensemble. Car t'abandonner est pour moi une chose pas envisageable.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 5 XP (Voldemort)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Dim 27 Oct - 9:41
Morsmordre
Lord Voldemort & les mangemorts
Voldemort poussa un soupir bruyant, le spectacle qu'offrait ses mangemorts était offensant. Il avait parfois l'impression d'avoir prit la place de Severus et de gérer des adolescents. Il détestait cette impression. Il observait Váli qui clairement le narguait. Il se doutait bien qu'Harry Potter était en sécurité, mais pourquoi? Ils n'avaient qu'à tendre le bras pour l'attraper et lui ramener, pour qu'il soit fier d'eux pour une fois, pour que l'attention qu'il leur offrait ne soit pas vain. Il allait répliqué à Marcus qu'ils obtiendraient la paix lorsque chaque personne de ce foutu peuple trembleraient devant lui, lorsqu'il aurait tuer Harry Potter, mais visiblement Cora décidait de faire une petite crise existentielle, et prenait la défense de Marcus. Le seigneur sentit un pic de jalousie. Il devait être le seul pour eux. Il savait bien que ce n'était pas le cas pour la plus part d'entre eux, mais Cora était sienne, et la voir prendre des risques pour un autre homme lui donna envie de punir encore plus sévèrement Marcus. Mais il n'en fit rien, s'emballer pour une femelle n'en valait clairement pas le coup. Elle reviendrait en rapant ou serait remplacée.

Ses pupilles rouges étaient fixés sur la brunette, il la transperçait, sondant son âme. Quel domage elle avait pourtant monté dans son estime en s'occupant avec son de Nagini, tant de travail réduit à néant pour une petite crise existentielle qui venait de nul part. Il frappa du poing la table juste à côté de Rogue, qui en restant silencieux sur les raisons de son absence provoquait une plus grande colère encore que les paroles de ses mangemorts qui osaient le défier. Comment son bras droit avait il pu louper tout ça? N'était il pas là pour gérer ces petits problèmes pour que lui n'ai pas à se soucier des problèmes des petits gens? Il lui avait pardonné cette histoire stupide avec la sang de bourbe, il avait laissé vivre son enfant, et voilà comment cet ingrat le remerciait? Punir? N'avait il pas déjà assez fait pour aujourd'hui? Lucius l'avait forcé à utiliser ses précieuses forces pour lui rappeler ses devoirs et obligations, il aurait du prévoir la fuite de son fils, il aurait du mettre fin à sa misérable vie plutôt que de le laisser vivre et apporter des informations à cette foutue résistance.

"Ce devoir de s'inquiéter des comportements des subalternes ne reviendrait il pas à mon bras droit? Peut être que je n'ai pas choisis la bonne personne pour remplir ce rôle, devrais je le confier à ce beau parleur de Váli, qu'il puisse mettre en place ce fameux plan qui valait la peine de perdre Harry Potter? Je pourrais ainsi voir si ma confiance sera récompensée ou si je devrais mettre à place cette punition qui me semble aujourd'hui si justifiée?"

L'idée lui semblait bonne, et faisait d'un pierre trois coups, elle punissait Rogue de l'absence de réaction face à cet événement, offrait une chance au plan de Váli et lui offrirait une très bonne raison de le chatier en cas d'échec. Il reprit son tour de table pour s'arrêter face à Cora, attrapant son menton avec ses longs doigts approchant son visage du sien, elle pouvait même sentir son souffle sur sa peau.

"Quant à toi nous réglerons cet affront en tête à tête, inutile de te donner ainsi en spectacle."

Cette fois il retourna à sa place pour de bon, se lançant tomber dans un geste théâtral.

"Encore une fois mon idée est excellente. Váli prendra donc fonction de son rôle de bras droit. Severus pourra ainsi se consacrer à sa fonction de directeur."

Cette façon d'appuyer sur le mot directeur offrait une bien bonne idée de se qu'il pensait de cette fonction. D'un geste, toujours aussi théâtral il désigna Henry du doigt.

"Il faudra trouver un rôle au petit, son comportement à été le seul digne d'un véritable mangemort."



Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Johnes
Mangemort
Mangemort
Marcus Johnes

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Ven 1 Nov - 18:34

Marcus
Johnes

Lord
Voldemort

Morsmordre
— Ce n’est en rien la faute de Marcus.

Cora, pas maintenant…

— Je sais où se trouve Jensen, elle est en sécurité.

… hein ? Comment cela, « je sais où se trouve Jensen, elle est en sécurité » ?

— Potter est un lâche qui s’est enfui sans même prendre en compte la recherche de sa petite amie enlevée. Si le jeune garçon qui a enlevé la jeune fille portait nos masques, c’est parce que son père m’a payée en conséquence. Je suis une rafleuse avant tout, je vous l’ai toujours dit. Vous le savez, depuis toujours.

Marcus sentait que tout ce que Cora allait rafler serait une sévère raclée… Elle avait le visage qui se crispait en affrontant le regard du Seigneur des Ténèbres, mais très honnêtement, si les yeux de Marcus avaient pu jeter des éclairs, il aurait foudroyé Cora sur place. Pour les soixante-huit générations suivantes.

— Mon plaisir personnel n’était autre que de vous défendre coûte que coûte, pendant que Marcus et moi nous nous battions corps et âmes (toutes choses égales par ailleurs), d’autres restaient aux abonnés absents, ne prenant même pas la peine de venir.

Comme par hasard, le seul qui venait n’avait pas été invité, et en plus il repartait avec le gros lot. Mais tout allait bien puisque le gros lot en question était « en sécurité ». Tout allait parfaitement bien.

— La situation politique n’était pas en danger jusqu’à ce que ce jeune garçon lance des bombardas à tout va (vrai) et dont sur le seul ici présent (coucou !) qui tentait de montrer au peuple nos actions sous le bon jour. Je vous le demande, Maître, comme un vœu, s’il vous plaît, ne punissez pas Marcus, je veux prendre la responsabilité entière, je n’ai pas d’enfants, contrairement à lui, nous ne pouvons le punir.

Bon sang… Amener Henry dans la conversation n’était vraiment pas une bonne idée. Marcus jeta un regard soucieux à son fils, qui se contentait de rester silencieux.

Brave petit, comme toujours.

— Je vous en supplie, punissez-moi.

Marcus se frappa mentalement le front.

— Ce devoir de s’inquiéter des comportements des subalternes ne reviendrait-il pas à mon bras droit ? Peut-être que je n’ai pas choisi la bonne personne pour remplir ce rôle, devrais-je le confier à ce beau parleur (les deux termes séparés étaient exacts, il était beau et c’était un parleur) de Váli, qu’il puisse mettre en place ce fameux plans qui valait la peine de perdre Harry Potter ? Je pourrai ainsi voir si ma confiance sera récompensée ou si je devrai mettre en place cette punition qui me semble aujourd’hui si justifiée ?

Marcus n’avait jamais dégluti aussi fort de toute sa vie. Il était devenu livide, pâle, presque translucide. Défait, abattu, il marmonna un remerciement cérémonieux à peine audible et se laissa tomber dans son fauteuil.

Bras droit du Seigneur des Ténèbres.

Ah.

Cela… compliquait considérablement sa tâche. Tant que cette nouvelle restait secrète, il ne serait pas handicapé (en-dehors d’être désormais directement chaperonné par Voldemort en personne), mais le jour où le secret serait éventé, et il le serait quoi qu’il arrive, Marcus deviendrait la nouvelle cible des dissidents.

Voldemort demeurait inatteignable, son bras droit constituerait par conséquent une proie juteuse. C’était…

— Quant à toi nous réglerons cet affront en tête à tête, inutile de te donner ainsi en spectacle. Encore une fois mon idée est excellente.

Pour une valeur donnée et parfaitement subjective de l’excellence…

— Váli prendra donc fonction de son rôle de bras droit.

You-bloody-pi.

— Severus pourra ainsi se consacrer à sa fonction de directeur.

Bon eh bien puisque cette réunion était terminée, il était temps de partir. Marcus avait l’envie urgente de boire beaucoup, beaucoup, beaucoup… beaucoup de rhum et de pleurer jusqu’à s’endor…

— Il faudra trouver un rôle au petit, son comportement a été le seul digne d’un véritable Mangemort.



Quel… petit ? Marcus tourna lentement la tête, comme une statue grinçante, vers la personne que Voldemort désignait ostensiblement du doigt : Henry Johnes.





… pardon ? Comment cela, « il faudra trouver un rôle au petit » ?

Comment cela, « son comportement a été le seul digne d’un véritable Mangemort » ?

Pourquoi cette journée ne finissait-elle donc pas ? Pourquoi se déroulait-elle de façon si désastreuse ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Marcus jeta un regard appuyé à Henry. Un regard qui signifiait « Dis merci et reste discret ». Actuellement les Johnes se trouvaient sous le feu des projecteurs et c’était la pire des choses qu’il pouvait se passer aujourd’hui. Toujours les Johnes œuvraient dans le silence et dans l’ombre. Ce n’était pour rien que leur famille était représentée par une chouette. Un animal qui, à la faveur de la nuit, fondait en toute discrétion sur sa proie et l’emportait dans l’obscurité.

Naturellement, une telle créature au fonctionnement efficace et si bien rodé ne pouvait tolérer que son environnement soit chamboulé.

C’était exactement ce qu’il était en train de se passer.

Et ce n’était pas de bon augure.

Mais alors vraiment, vraiment pas.
Voir le profil de l'utilisateur


Intrigue 1 : Morsmordre  Signature-marcus
Henry Johnes
Mangemort
Mangemort
Henry Johnes

Mon Personnage
Puissance Puissance: 1 XP (Sorcier/Elève)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Sam 2 Nov - 11:30

MorsmordreVoldemort, les mangemorts & HenryCe faire tout petit, le plus discret possible. Voilà le but d'Henry depuis qu'il est rentré dans la salle de réunion avec son professeur tout aussi muet que lui. Chaque parole du Seigneur de Ténèbres le stressait, surtout quand il s'agit du sort de son père qui s'est pour ce coup, c'est bien fait remarqué. Il n'avait pas tellement le choix vu le rôle important qu'il a joué lors de cette révolte au chemin de Traverse. Nerveux et les mains jointe Henry joue avec ses pouces pour tenter de se calmer, et ainsi continuer de passer inaperçu. Mais lorsqu'il entend Voldemort annoncer que son père va donc devenir le bras droit des mangemorts pour ainsi surveiller le plan de son père. Ce n'était pas bon, ce n'était pas bon du tout. Alors que son père à toujours agit dans l'ombre le voilà soudainement exposé. Voldemort lui voulait clairement du mal, c'est évident, et ça ne le persuade pas de vouloir rester. Il en va même à ce dire qu'il veut aussi sortir son père des mangemorts. Pour leurs bien-être et sécurité. Malheureusement, quoi qu'ils facent, ils ne pourront malheureusement pas être en sécurité à moins qu'ils quittent le pays. Mais il ne partira pas sans Gwen, c'est tout bonnement inconcevable. 

Mais ce n'était pas fini, loin de là. Alors qu'il espérait naïvement que la réunion était terminée, qu'ils pourront tous rentrer et souffler un grand coup. Le Seigneur des Ténèbres se met soudainement à le pointer du doigt. En le désignant ainsi, il déclare que le jeune garçon avait bien agi, et qu'il était le seul à s'être comporté comme un digne mangemort. S'il savait.... Si Henry avait agi aussi tard, c'est parce qu'il a tout simplement d'abord cherché sa petite amie afin de la protéger de cette situation. L'absence de celle-ci l'a fait agir pour éveiller aucun soupçon. Et surtout, au grand, surtout, il a discrètement demandé à Drago de l'arrêter lorsqu'il allait attaquer Harry. Une culpabilité s'était fait et reste encore présente concernant la sorcière qu'il a touché de son Diffindo alors qu'elle prenait la fuite. La vision du sang sur le sol le hante encore. Avant, il en aurait été fier, mais aujourd'hui, n'étant plus d'accord avec la mentalité et but des mangemorts, il en est pas fier. On pourrait presque penser qu'il a honte de lui. Les dires de Voldemort à son sujet le surprennent donc, mais il tente de masquer ce sentiment le plus possible, comme il a pris l'habitude de le faire.

Comme un appel au secours et paniqué d'être lui aussi exposé, il regarde son père en essayant de garder son sang-froid. C'était instinctif pour lui, à ses yeux, son père sait forcement comme limiter la casse. Mieux que lui par son expérience et ses plans, qui on été un succès majoritairement. Son regard appuyé le fait vite comprendre ce qu'il doit faire. Leur complicité et alchimie leur permettent de converser simplement entre eux par le regard. Le Serpentard prend son courage à deux mains et regarde son maître toujours les mains jointe et fait un très léger signe de tête. Il prend enfin la parole la voix basse, mais assez fort pour qu'il l'entende.

« Merci... »

Il n'ajoute rien de plus et s'enfonce même instinctivement dans son siège dans l'espoir qu'il n'y aura rien de plus. De simples félicitations était suffisant après tout non ? Il verra bien qu'il est le plus jeune de tout le groupe et qu'il s'agit d'un coup de chance. N'est-ce pas ? Pourvu qu'il y ait de simples félicitations... Par pitié. C'est donc dans l'espérance qu'Henry ne dit rien de plus. Tentant presque de s'effacer du reste du groupe et surtout de leur maître qui a une façon tout particulière de récompenser ses hommes de mains... Comme si son père en bras droit ne suffisait pas à leur supplice....

 
:copyright:️️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur


Plus rien n'est aussi simple...

Pardonne mes erreurs et battons nous pour notre survie, ensemble. Car t'abandonner est pour moi une chose pas envisageable.
Cora Miller
Mangemort
Mangemort
Cora Miller

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang Pur
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Sam 2 Nov - 15:08
Il n'y a que les absents qui ont tords.

Non, je ne rigolais plus du tout. Cette haine qui m'envenimait le sang comme un poison, ni de cette foutue jalousie qui me jetait dans un sacré pétrin. Une raclée Marcus pensait juste, voilà ce qui m'attendait et je le savais. Je bouillonnais. J'étais furieuse et triste. Furieuse du comportement de mon maître qui m'avait fait croire à monts et merveilles, et caresser les cheveux (Si on peut appeler ça des cheveux) de Bellatrix était considéré comme un affront. Ma jalousie maladive m'empêchait presque de respirer. Et finalement, je me rendais compte que mes actes n'avaient pas eu l'effet escompté. Peut-être pour ça que je l'avais défendue de toute bonne volonté.

Je retint difficilement les larmes qui me menaçait de traverser mes joues quittent à m'en brûler les rétines, j'ignorais Bellatrix, j'étais à deux doigts de sauter sur la table pour lui arracher la tignasse crépue et monstrueuse, à deux doigts de la secouer comme un vieux prunier desséché ; à deux doigts de la tuer ici. Non je ne devais pas la regarder par perdre mon sang froid. Comment les autres arrivaient à se regarder en face ? A se terrer dans le silence. Je ne savais pas faire une telle chose, j'étais beaucoup trop caractérielle et obsessionnelle.  

Toujours appuyée sur Nagini, je regarde Marcus devenir bras droit avec satisfaction, je n'avais aucun doute sur la réussite de ce mage, aucun.

« "Quant à toi nous réglerons cet affront en tête à tête, inutile de te donner ainsi en spectacle." »


...

Le Lord savait me faire taire. Sa proximité m'avait autant effrayée que stimulée. J'étais possédée par ses iris rouges, et lorsqu'il m'ordonne de me taire et de m'asseoir par legilimensie j'accepte automatiquement comme un robot. Je me mets à fixer un point de la pièce, je sais ce qu'il m'attends je ne sais pas si j'ai peur ou si je suis euphorique, dans tous les cas, je ne regarde plus personne. Nagini, se glisse contre mon corps, ondulant presque sensuellement m'englobant de deux de ses anneaux, m'enfonçant dans cette chaise de bois un peu plus, et je ne réagis pas. Je sais, qu'à la moindre menace, au moindre faux pas, elle n'hésitera pas à ne faire qu'une bouchée de moi et ce même si je l'entretiens depuis des semaines avec le plus grand des respects.

Robotisée je ne réponds plus de rien, comme stupéfixié, je laisse soin à Nagini de décider de mon sort. C'est seulement lorsque le jeune Henry est dans le devant de la scène que Nagini resserre ses anneaux contre ma peau, m'empêchant tout envie d'éclater de rire ironiquement. Un affront de plus et j'étais finie, pourtant je commençais à suffoquer, la chaleur du reptile m'oppressait et si certain prenait cette scène pour une sanction c'est surtout qu'ils ignoraient que j'étais d'accord pour me laisser manipuler. Personne ne devait affronter les ténèbres et je l'avais fait, dans un élan de confiance. Je l'avais fait pour sauver les miens, l'un des miens, celui qui s'était battu, et grâce à ça il avait l'honneur extrême de devenir le bras droit. Quelque part, j'avais pas tout perdu, les Johnes étaient brillamment classés et la Miller brillamment humiliée.

ET MOI DANS TOUT CA ?! J'AVAIS QUE DES MENACES !

C'est dans un dernier serrage d'anneau de la serpente que je perds finalement connaissance. Elle retourne se lover près de son maître et mon corps endormi tombe lourdement en dessus de l'immense tablée. Si j'entends quelques murmures ils n'est rien d'autres que le mirage de ma propre hallucination. Je n'ai besoin de la pitié d'aucuns de ces membres ci, mon seul retour était les ténèbres, ma seule exigence était de le satisfaire et j'avais échoué. J'acceptais ma sentence éphémère, et c'est uniquement lorsque la réunion sera finit que je pourrais reprendre des forces et partir.

Pour le commun des mortels, Nagini m'avait humiliée et surtout m'avait attaquée. Pour moi, elle m'avait sauvé. Sauvée de ma folie, sauvée d'une énième crise aux félicitations du rejeton. Sauvée de mon asociabilité, sauvé Bellatrix d'une attaque.

Nagini était mon héroïne.



:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur




Che Bel Fior!E questo è il fiore del partigianoEt c'est la fleur du partisan Morto per la libertà!

Mon Personnage
Puissance Puissance: 5 XP (Voldemort)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

Intrigue 1 : Morsmordre  Empty
Sam 2 Nov - 22:18
Morsmordre
Lord Voldemort & les mangemorts
Comment avait il pu devenir un aussi grand mage en étant entouré de bras cassés comme eux? Non parce qu'entre la jeune femme qui lui pétait une crise de jalousie, celui qui semblait aussi ravi de sa promotion que si il était à l'enterrement de sa propre mère, Rogue qui avait décidé de devenir une tombe, et Lucius qui était en train de se chier dessus. Si il n'avait pas ce profond respect pour sa propre personne il aurait sans doute prit sa tête entre ses mains face à tant de médiocrité. Mais qu'importe, il fallait faire avec, même les plus grands avaient eu leur dose d'incompétence à supporter. Nagini elle même c'était permise d'agir sans son autorisation pour punir Cora, qui se trouvait désormais inconsciente. Voldemort poussa un profond soupire agacé.

"Váli, tu t'occuperas de trouver une récompense à ton... A l'enfant."

Il fit un geste théâtral, comme toujours, tout ceci commençait à m'ennuyer il ne prenait plus aucun plaisir à jouer avec ses sbires, il faut dire qu'ils n'étaient réellement pas à la hauteur de se qu'il imaginait. Quelle déception. Dans cette langue dont il partageait le talent avec Harry Potter, Voldemort donna ses ordres à son affreux serpent qui cracha dans sa direction avant de retrouver dans un coin proche du feu.

"Et retrouver moi Harry Potter. Nous ne pouvons pas le laisser mettre ainsi le bordel dans notre organisation. Nous avons bien trop travailler pour les laisser tout foutre en l'air. Je veux que cette résistance soit écrasée ou muselée. Faites votre boulot."

Cette fois l'entrevue était terminée, Lord Voldemort se leva et sortit de la pièce, les laissant sans plus d'informations. Mais un chose était claire, ils avaient plutôt intérêt à trouver des solutions si ils ne voulaient pas provoquer la colère du mage noir. Pendant quelques secondes Lucius observait les autres avant de se sauver à son tour, bien trop presser de quitter cette pièce oppressante. Le professeur Rogue fit de même, retournant vers Poudlard, laissant Cora inconsciente, et les Johnes qui ne pouvait que "savourer" leurs nouvelles fonctions.
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:
Le contexte, l’apparence, les idées sont la propriété du staff de EMB. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.Design par Pantalaimony R.Mills ; Codage adapté des LS de Halloween et Alice de N-U.Spécial Remerciements à Panta mais également à toute l'équipe codage de PRD (Dune,Heaven & Odyssea)