Never Utopia
ChatBox
RSS
RSS


La guerre est déclarée, le mal s'étend sur l'Europe, Harry Potter est porté disparu, la résistance réussira-t-elle à rétablir le bien?

 

ELLEODORE.
 :: L'Angleterre :: Londres


Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Sam 12 Oct - 10:53
ElleodoreCrépuscule, tout s'enfonce. Son parfum se dégage. Jusque. Mes. Narines. Je subis. Ô que oui, je subis. Son parfum tout aussi insupportable... Qu'immonde, délicieux à la fois... Mon corps ne tremble pas, mes mains ne sont pas moites car tout, absolument tout mes gestes sont calculés. Je ne supporte pas de la toucher d'avantage. Je la balance au sol de mon carrelage froid puisque marbré. L'appartement est luxueux, immense, situé aux trentièmes étages de la plus grande tour de Londres. Il semble étrangement lumineux, si l'intérieur y est impeccable, les murs sont tout autant incroyable dans la décoration. Les lettres du prénom de la jeune femme y figure en trace d'un rouge rubis éclatant. Plusieurs portraits d'elle y sont également affiché. Je pointe mon artefact magique sur elle, mon regard colérique et glacé ne fait aucune différence quant à mes intentions la concernant.

-Ici, tu ne peux pas transplaner, il n'y à aucune issue de secours pour toi. Donne moi ta baguette sans faire de bêtise et tu auras la vie sauve.

Songeant à comment me débarrasser d'elle je ne cessais de la fixer, je ne doutais pas qu'elle allait se croire encore supérieure, en vain. Elle ne réalisait peut-être pas qu'elle n'était plus en mesure de proliférer des accusations infondés et stupide. J'enlève mon masque et je laisse tomber ma cape au sol, aussitôt mon imbécile d'elfe arrive dans un POC pour remettre tout ceci en place. La petite créature se dirige vers l'invité et d'un claquement de doigt, récupère la baguette magique de la demoiselle.

-Ordure s'excuse, Madame la jolie invitée, Ordure est obligé Madame, Ordure va bien s'occuper de Madame pendant son séjour ici, je peux servir quelque chose à Madame ?

Je lève les yeux au ciel alors que je récupère l'artefact de ma Némésis.

-Et pourquoi ne lui proposerais-tu pas la chambre d'amis pendant que tu y es ?

-Monsieur à raison, Monsieur est si généreux avec Madame, Monsieur sait comment parler aux créatures compliquée, Monsieur est si fort, Ordure n'est qu'un imbécile. MÉCHANT, MÉCHANT ORDURE !

L'elfe se frappe la tête contre le sol, pendant que je me pince l'arrête du nez, blasé par cet imbécile, donc en soit, mon 'invitée' allait avoir le droit à une suite ? C'était un remake de la Belle et la Bête ?... Bien que je me voulais cruel, j'avais du mal à résister aux yeux verts de l'elfe.

-C'est bon... Accompagne là dans sa chambre. Et prépare le dîner, nous avons faim.

J'observais donc, l'elfe amener la petite dans sa suite, je n'étais pas non plus au courant qu'Ordure avait prévu des vêtements féminins luxueux de rechange pour Elliot, sûrement dans le but d'espérer qu'ainsi je n'allais pas la maltraiter ce qui était en soit une lourde erreur remplie de conséquence. Sans accorder un regard à Elliot, je me dirigeais dans la cuisine afin de me servir un verre de Whisky pur feu La nuit allait être affreusement longue... Et le pire dans tout ça, c'est que je ne savais même pas comment réagir des à présent. Je n'étais pas «Un grand» je n'étais que lamentable
:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Sam 12 Oct - 12:18


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Difficile de comprendre se qu'il m'arrive. J'ai sentis cette main attraper la mienne, la serre mais ce n'était pas celle de l'orateur, j'avais vu cette forme noire apparaitre devant moi, me serrer fort contre lui et transplaner. Je sentis mon coeur louper un battement, pas spécialement par peur ou pas surprise, non c'était le genre de sensation que je n'arrivais pas à expliquer. Tout me semblait si familier et si nouveau, cette odeur, cette étreinte puissante qui fut interrompu par la violence de son geste. Je sentis la douleur de mes fesses qui atterrissaient sur un sol de marbre. Pendant quelques secondes la terreur s’emparaient de moi. Mon père, ça ne pouvait être que lui. Et pourtant alors que je découvrais la décoration un peu particulière de l'appartement à mon effigie se fut sa voix qui me rassura immédiatement. C'était stupide parce qu'il était clairement en train de me menacer mais cette voix ne correspondait pas à un quinquagénaire. Il me menaçait et pourtant à aucun instant je n'eus l'idée de sortir ma baguette pour en faire de même, se serait stupide et contreproductif, le temps que je fasse le moindre mouvement il aurait déjà attaqué. Au lieu de ça, je me contentais de masser mes poignets qui avaient pris chers lors de ma chute en ne quittant pas la silhouette noire des yeux. J'allais ouvrir la bouche lorsqu'un être de maison apparu, je ne tentais même pas de résister et donnais ma précieuse baguette à l'elfe de maison, lui accordant un sourire désolé, le pauvre était clairement dans la même situation que moi, sauf que je n'avais pas l'intention de me taper la tête contre le carrelage si je décevais mon "hôte".

Je n'avais pas prêté attention au jeune homme qui avait retiré son déguisement de foire et se ne fut que lorsqu'il reprit la parole que mon regard se posa sur lui. Je fus assez surprise de me retrouvée prise au piège par un homme qui n'était pas plus vieux que moi. Un regard noisette, un corps joliment sculpté, et le pire dans tout ça, il était totalement mon style de gars, il fallait voir les choses du bon côté au moins je serais torturée par un beau gosse, je n'étais pas sûre que ça rendrait les choses plus agréable. J'observais un peu la scène comme si je n'étais pas réellement là, comme au cinéma comme le dirait les non mages. J'allais encore une fois ouvrir la bouche lorsque l'elfe attrapa ma main pour me guider vers la chambre d'ami. Sérieusement? Je me laissais guidé sans sourciller, jetant un dernier regard à ses portraits de moi sur le mur, ils étaient flippants, donnant l'impression que j'étais une poupée, froide et distante, ce n'était tellement pas moi. Je ne pus jeter un coup d'oeil à mon agresseur vu que "Ordure" avançait d'un bon pas, visiblement pressé de m'éloigner de cet homme. J'arrivais dans une grande chambre très lumineuse où se trouvait un grand lit et un dressing, d'ailleurs une robe de grand couturier se trouvait sur le matelas king size.

"Madame devrait se changer elle sera plus à l'aise, Ordure à choisit la plus belle des robes pour Madame, le Maitre sera content. Ordure doit laisser Madame, Ordure doit préparer un bon repas pour Monsieur et Madame."

Encore une fois je n'eus pas le temps d'ouvrir la bouche que la créature s'éclipsa. Cette fois je me jetais sur la porte pour tenter de l'ouvrir mais elle avait été fermée à clé dès la sortie de l'être de maison. Je balançais mon poing contre la porte en bois massif provoquant un bruit sourd. Me changer? Faire plaisir au maitre? C'était une blague? Je ne perdis pas un instant et me précipitais vers la fenêtre pour l'ouvrir, mais l'idée de sortir par ici n'était pas une bonne idée, visiblement nous étions haut, très haut, en plein Londres. Une grimace sur le visage je me retournais vers la porte et tentais un Alohomora sur la porte, mais la magie sans baguette donnait rarement l'effet escompté sans une concentration maximum, et si le sort fonctionna, se ne fut pas comme je l'espérais, toutes les portes du dressing s'ouvrit, ainsi qu'une porte qui donnait sur une petite salle de bain, cependant la porte de la chambre resta close. Je reportais une nouvelle fois mon attention sur la fenêtre mais c'était clairement une perte de temps. Je me laissa clisser contre le mur jusqu'à se que mes fesses rencontre le sol froid cachant mon visage dans mes mains pour réfléchir, je pourrais l'attaquer par surprise, mais ça ne changerait pas que je ne savais pas où se trouvait ma baguette, qu'Ordure ne serait sans doute pas d'une grande aide, et qu'il y avait des moyens plus simples de mourir. Mais je n'allais tout de même pas accepter de jouer les princesses des temps moderne en enfilant cette robe de grand couturier? J'avais froid, j'avais mal, je devais avoir des beaux bleus sur l'arrière train, j'étais perdue, et je ne savais clairement pas quoi faire, à cet instant attendre était peut être la meilleure chose à faire, attendre qu'une opportunité se présente. Je n'avais jamais été agressive, je n'étais pas du genre à agir sans réfléchir, alors autant prendre le temps de préparer un plan plutôt que de se jeter tête baissée dans une bagarre que je ne gagnerais pas. Je redressais la porte et vis l'elfe se glisser dans la chambre.

"Non non non Madame doit se changer, Ordure à choisit de jolis vêtement pour Madame, Madame doit faire plaisir au Maitre, sinon le Maitre sera fâché. Vite vite vite, Ordure va aider Madame."

En quelques instants l'elfe de maison était à côté de moi et commençait à retirer mes vêtements pour que je puisse enfiler une robe jaune poussin, j'étais perturbée, tiraillée entre l'envie de pousser une gueulante et de lui dire de me lâcher et celle de le voir se taper la tête contre le sol. Je me risquais tout de même une petit question.

"Chez qui sommes nous?"

Spoiler:
 



code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Sam 12 Oct - 19:13
Elleodore
-Ordure ne peut pas le dire Madame, mais ce que je peux dire, Madame, c'est que vous ne devez surtout pas contredire le Maître, Madame...


Ploc. Disparu.


J'étais assis sur mon large et long canapé de cuir noir. Croisant mes jambes, un verre de Whisky à la main. J'observais durement le liquide qui y tournoyait grâce à mes gestes. Une fine et longue gorgée réussissait à me faire retrouver les esprits. Fin heureusement pour moi.

-Maîîîîître.

Je soupire.

-Oui, ordure ?
-La Madame est prête.
-C'est pas trop tôt elle se croit probablement en vacan...

Je restais le souffle coupé devant l'arrivée de mon «invitée». Légèrement bouche-bée et le regard surpris, d'un faux mouvement qui me brisa la nuque je fixe mon regard sévère contre Ordure qui regarde le sol d'un air coupable et transplane directement tel un lâche, je fulmine. Je suis tellement en colère que mon poing se serre.

-Au moins tu ne ressembles plus à une catin.

Crachais-je de tout mon venin à la figure de l'effrontée. Ordure allait passer un sale quart d'heure, je lui montre la cuisine, si elle croit qu'elle va être servie comme une princesse, elle rêve en couleur !

-Tu peux ramener le plat et le poser sur la table si tu sais au moins faire ça de tes dix doigts.

Pas de présentation, rien.

-Et chopper la bouteille de vin. L'eau pour toi. Et ensuite tu auras le droit de t'asseoir. Si su tu es toujours aussi suicidaire et que tu souhaites continuer ton ridicule numéro de tout à l'heure.

J'évitais son regard, d'une part parce qu'elle était magnifique je devais le reconnaître, c'était sûrement de famille et d'autres parts, parce que je ne la pensais pas aussi stupide pour être capable de s'humilier de la sorte. Je devais surtout la comprendre même si ces discours m'ennuyait déjà énormément et que j'aspirais à un avenir bien plus grand pour elle : La mort.

Je savais, que si elle avait du sang de notre père dans ses veines qu'elle devait bien sûr fulminer intérieurement. Et j'en jubilais. On m'a tellement soûlé avec Elliot qu'il était maintenant temps pour moi, de me venger.

-Au faite ! La décoration te plais. Comment vas-ta mère ? Morte, j'espère.

Non. Je ne dévoilerais toujours pas mon identité, mais j'allais jouer, la provoquer, la mettre hors d'elle. Comme elle l'avait fait de par sa simple existence à ma famille.


:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Sam 12 Oct - 20:00


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Ordure ne peut pas répondre... Forcément ça aurait été beaucoup trop simple autrement... J'observais l'allure que j'avais dans cette robe, elle était magnifique il fallait l'avouer, Ordure avait bon goût. Mais il jouait à quoi? Il me préparait pour une sorte de bal satanique des mangemorts ou quelque chose du genre? Lorsque la porte se déverrouillait je suivis l'elfe de maison jusqu'au salon et sa décoration particulière. J'accueillis le "compliment" du jeune homme avec un léger rictus, je n'étais pas vexée par sa phrase, pourquoi le devrais-je ? Après tout je ne le connaissais même pas...

"Euh merci?"

Je l'écoutais me donner ses ordres en gamin gâté, mais il se prenait pour qui ce type? Un prince ? La grosse blague, si il pensait que j'allais lui servir son repas, lui essuyer la bouche, et pourquoi pas lui torcher le cul, il rêvait.

"En faite, quitte à être suicidaire j'aime autant te laissez te débrouiller seul pour te servir à manger."

Ce n'était peut être pas une bonne idée, mais je n'étais pas une elfe de maison, je n'allais pas me plier à jouer les boniches après m'être fait enlevée. De toute façon je me disais bien que ce mec n'était pas remplit de bonne attention à mon égard. J'affichais un visage neutre, à vrai dire je n'étais pas en colère, je n'étais pas offensée, je ne savais pas réellement comment prendre la situation, excusez moi c'était la première fois que je me faisais enlever. Je ne quittais pas mon kidnappeur des yeux, l'observant, essayant de le cerner, se que je n'arrivais pas à comprendre c'était cette façon de me fuir du regard, je ne connaissais pas ce type, je ne vois pas comment j'aurais pu lui faire du tord. Ses questions étaient de plus en plus étranges, la décoration sérieusement? Ma mère, encore plus étrange. J'étais réellement perplexe.

"Pour être honnête il ne m'est jamais venu à l'esprit de décorer un lieu avec mon visage ou mon prénom, mais qui suis-je pour juger les goûts des autres... Par contre en dehors de ça c'est plutôt sympa, un peu froid et impersonnel, il faudrait rajouter des photos de toi en train de jouer au Quidditch, lors de ta remise de diplôme ou avec des amis..."

Je ne répondis pas à la question concernant ma mère pour des raisons évidentes. Nous étions en train de perdre du temps, mais du temps on en avait clairement à perdre.

"Quant à continuer mon discours, je ne suis pas persuadée que tu sois un grand fanat de politique, et j'ai des principes, jamais parler boulot à table, ça fou toujours une mauvaise ambiance."

Je cherchais les coups? non pas vraiment je cherchais à comprendre à quoi je devais m'attendre, tous les mangemorts n'étaient pas les mêmes, même si beaucoup avait une tendance avérée pour la torture. Mais en soit souffrir c'était savoir à quoi s'attendre... J'essayais de remettre le visage du jeune homme, mais il était clair que je ne le connaissais pas, et j'avais honte de penser ça, mais si il avait été à Poudlard en même temps que moi, je l'aurais remarqué.

"En tout cas merci pour l'invitation à diner, mais je n'ai pas faim, comme je suppose ne pas avoir l'opportunité de rentrer chez moi, je vais me contenter de me retirer."

code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Dim 13 Oct - 10:15
Elleodore
Comme pour soulager mes maux et mon mal être, je me ressens figé dans une spirale de migraines atroces, mon elfe vint à mon doux secours de la mal-entendue. Comme pour satisfaire mes besoin personnels, je fermais les yeux agacé. J'étais sensé être un prince, faire parti du gouvernement aux côtés de Monsieur Chirac pour le contrôler, et il n'y avait plus rien de tous ces rêves, de ce pourquoi j'avais été élevés. J'étais comme un porc, destiné à l'abattoir, je grondais furieusement, mais les paroles de la grande et merveilleuse Edith Piaf, déesse de ma mère rendait mon tourment beaucoup moins cruel. Ordure me connaissait par cœur, plus que mon propre père, cet elfe, j'y tenais. Il était une sorte de nounou,celui qui avait veillé sur moi lorsque j'étais devenu un poids pour mon paternel. Je jurais de pouvoir, après l'épisode Elliot, retourner dans mon pays et m'élancer dans une folle farandole d'assauts et de pouvoirs. Je ne l'entends plus, la voix d'Edith recouvrant toutes ces affreuses paroles. L'avantage lorsqu'on a un elfe comme Ordure c'est que je peux fermer les yeux autant que je veux sans risquer une mutinerie, je lui cédais tout, nous partageons presque une amour fraternel, et si je pouvais paraître froid envers lui, il n'en était absolument rien de ce que mon cœur glacé ressentait. Clairement, Ordure était la clé de ma guérison. L'hymne à l'amour résonne d'une si forte intensité que je me surprends même à fredonner. Douce initiative pour un garçon sujette aux crises de colère. Ordure devait probablement imaginer que la jeune folle en face de moi n'allait pas obéir, douce raison. C'est encore une fois Ordure, qui reprend la décision de tout poser sur la table, en prenant bien soin d'ignorer la Méchante Madame qui ne l'avait pas écouté. Bouh.

-Tu peux faire ta grande gueule avec qui tu le souhaites, tu peux même t'adonner à te rebeller, c'est comme tu le veux, j'ai tout mon temps, personne ne peut te trouver ici, nous sommes aux pays des non-magiques, je ne figure pas dans les dossiers du ministère, quant à la politique des impures je suis disons... Dans un bureau abandonné depuis des siècles !

J'esquisse un fin sourire en coin, j'ouvre enfin mes lucarnes pour pénétrer Elliot du regard, je lui montre la chaise afin qu'elle s'assied. Je commence à déguster mon entrée, des saints jacques enrobés d'une délicieuse sauce, je ne me ferai jamais à la cuisine Anglaise alors que en temps que Français je suis particulièrement critique, gastronomiquement parlant. Lorsque Ordure me sert mon petit vin rouge, et de l'eau à mon invitée, je prends place je la menace d'un regard furieux, elle n'a pas intérêt à protester. Maintenant qu'elle a finit de parler dans le vide, elle allait pouvoir m'écouter.

-J'ai pour ordre de te changer, tu seras donc ici jusqu'à ce que tu deviennes ce que j'attends de toi il n'en saura pas autrement, soit tu obéis et ton séjour s'écourte, soit tu te rebelles, et il se rallonge.

Ma voix était presque suave. Étrangement posé ce qui était une bonne condition pour commencer un véritable débat. Je ne connaissais guère de femme s'y connaissant réellement sur le sujet et si Elliot se trompait sur ma vision de la politique ça m'offrait l’occasion d'encore la surprendre.

-Pourquoi Harry Potter ? Pourquoi choisir le seul être qui chouine dès qu'un malheur arrive dans sa vie au point d'alerter tous les médias? Pourquoi choisir le seul ringard qui peut te faire vive un enfer par le simple fait qu'il respire ? Je te connais Elliot, et tu as toujours voulu te montrer, tu n'es pas amoureuse de lui, de toute évidence, tu t'en sers, mais pour qu'elles raisons..

Je cherchais pour qu'elle raison ma propre demie sœur aurait pu s'amouracher d'un idiot pareil, je ne comprenais pas comment elle avait pu se souiller à ce point j'étais écœuré, et si je refusais tout contact avec elle, c'était à cause de ça. Passer après une bête de foire? Jamais ! J'avais la peau bien trop fragile et douce pour toucher ce qu'il y avait de plus de rugueux sur cette terre, j'étais fait pour toucher des ailes de fées, de la soie et tout ce qui touchait aux luxes, certainement pas pour me contenter d'un déchet public et pour le moment, c'était le sentiment qu'elle m'offrait.
Le son d'Edith retentissait en un léger fond sonore nonobstant, je n'étais plus en colère, en revanche, Elliot avait sûrement compris, chaque fois qu'elle répondrait à côté, où qu'elle allait trop loin, elle serait coupé par la délicieuse Madame Piaf.

:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Dim 13 Oct - 11:03


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Je n'obtenais aucune réponse, et ça avait tendance à m'agacer, et cet air, je le connaissais, mais j'avais du mal à me rappeler d'où. Se ne fut qu'au bout de quelques secondes que je me rendis compte que cette chanson, elle était française. Bon c'était sans doute une coïncidence, beaucoup d'étrangers aimaient faire croire à leur classer et leur distinction en s'adonnant à la culture Française. Il me menaçait de faire durer mon incarcération? Bêtement je me demandais si ce n'était pas le moindre mal face à se qu'il pouvait m'attendre lorsque j'aurais changé de toute façon ce n'était pas une option, il était hors de question que je change pour faire plaisir à qui que se soit. Ordure avait fait le travail que m'avait donné le jeune homme, me jetant un regard noir au passage. Non je n'obéissais pas, mais je n'étais pas un elfe de maison, ni une esclave. Il pouvait jouer comme il le voulait mais je ne me plierais pas à ces désirs. J'aurais pu paraitre en colère, hors de moi, mais pour être honnête, je n'étais pas persuader que me mettre dans des états pas possible changeraient quoi que se soit, et d'ailleurs ça pourrait même me desservir, on ne réfléchissait pas bien lorsque l'on s'énervait, mes disputes avec Harry en étaient témoins.

"Et bien j'espère que tu es prêt à passer beaucoup de temps avec moi, finalement c'est plus cossus que chez moi ici..."

Je le provoquais oui mais je n'allais pas non plus rester silencieuse non stop, sinon ces longs moments promettaient d'être en plus ennuyant et je ne deviendrais pas non plus un gentil toutou obéissant. Je compris bien vite que l'idée de retourner dans la chambre je pouvais l'oublier, alors je m'installais à table, observant toujours du regard le jeune homme, je ne comprenais toujours pas se que je faisais ici. Je ne touchais pas la nourriture que l'on pouvait me proposer, je n'avais pas faim, mais j'observais, les plans qu'Ordure lui servait n'avait rien d'Anglais. une idée germait en moi, mais je crois que j'avais bien trop peur pour l'accepter. Et cette conversation qui prit un tournant auquel je ne m'attendais pas. Pourquoi cette conversation avait elle prit ce tour là? Pourquoi Harry? Qui pouvait bien s'intéresser d'avec qui je sortais? Pourquoi il semblait aussi en colère que ça?

"Et pourquoi pas? Il a toujours été là pour moi. Et c'est pas le seul à me pourrir la vie mon paternel s'en occupe bien assez comme ça, tiens je n'y avais jamais réfléchis, mais c'est peut être ça, je cherche peut être l'image de ce père qui m'a toujours forcé à vivre cachée et à vouloir me faire vivre dans la peur d'être l'objet de ses désirs de pouvoir. Je lui dois même ce prénom de mec, juste pour espérer qu'il ne me retrouve pas vu qu'il cherchait une fille. Elliot, à croire que ma mère espérait presque qu'il me pousse un pénis en me donnant un nom pareil. Sauf que je ne vois pas en quoi ça t'intéresse, on ne se connait pas contrairement à se que tu semble croire. Je sais que tu n'étais pas à Poudlard. On ne se connait pas, tu crois peut être savoir des choses sur moi, mais je peux t'assurer que ce n'est pas le cas, tu vois que se que j'accepte de montrer."

J'attrapais le verre d'eau et observais le liquide transparent. Je n'avais pas peur d'être empoisonnée, ça empêcherait le jeune homme de jouer, et il semblait adorer ça. Je bu une gorgée avant de continuer à faire tourner l'eau dans le verre avant de reporter mon regard sur celui noisette de mon interrogateur.

"Et qu'est ce que ça peut te faire, tu es jaloux ou quoi? Non parce que je suis pas une star du wizard rock je suis pas habituée aux groupies, à qui je dois justifier mes choix."
code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mer 16 Oct - 16:01
Elleodore

« "Et bien j'espère que tu es prêt à passer beaucoup de temps avec moi, finalement c'est plus cossus que chez moi ici..."  »

♫ Je me fous, du monde entier...♫

Je savais que tu étais individualiste, Elliot, mais je ne te pensais pas si égoïste, finalement nous avons probablement plus de points en communs que je ne le pensais.

« "Et pourquoi pas? Il a toujours été là pour moi. Et c'est pas le seul à me pourrir la vie mon paternel s'en occupe bien assez comme ça, tiens je n'y avais jamais réfléchis, mais c'est peut être ça, je cherche peut être l'image de ce père qui m'a toujours forcé à vivre cachée et à vouloir me faire vivre dans la peur d'être l'objet de ses désirs de pouvoir. Je lui dois même ce prénom de mec, juste pour espérer qu'il ne me retrouve pas vu qu'il cherchait une fille. Elliot, à croire que ma mère espérait presque qu'il me pousse un pénis en me donnant un nom pareil. Sauf que je ne vois pas en quoi ça t'intéresse, on ne se connait pas contrairement à se que tu semble croire. Je sais que tu n'étais pas à Poudlard. On ne se connait pas, tu crois peut être savoir des choses sur moi, mais je peux t'assurer que ce n'est pas le cas, tu vois que se que j'accepte de montrer."  »  

Je lâche un rire jaune. Stupide réponse niaise qui me brûle les entrailles, réveillant ma haine à petits feux.

-Ferme là, insolente ! Je sais tout, TOUT de toi, de ta naissance jusque ta misérable vie à bafouer toute ton existence ! A vouloir être plus grande que tu ne l'es, mais ma petite je vais te dire un secret, on a tous peur de ne pas exister pour quelqu'un. Tu te donnes des excuses pour affirmer ce que tu es, mais tu es la seule responsable, ne croit pas pouvoir me faire fondre en pitié sur ce que tu es devenu, car j'en ai strictement rien à foutre !


Je n'avais que cure des jérémiades sur notre père alors que mon avenir à été bousillé à cause d'elle, d'un geste rapide, ma main vint à gifler la vaisselle sur la table, fracassant toutes cette jolie porcelaine en un million de morceaux sur le mur d'à côté. Mon poing attrape le col de chemise d'Elliot pour l'attirer contre moi à sa dernière phrase.

-Il faudra bien que tu manges, où que tu obéisses si tu ne veux pas que j’élimine ton cadavre pour qu'on ne détecte pas où tu es, je peux t'éliminer si je le  désire, ne joue pas à la petite maline. Tu n'es pas en mesure de le faire.  Alors tu baisses d'un ton, et tout de suite, sinon, je peux te promettre que tu vas connaître Théo le méchant.

Bien que je sois à deux doigts de la gifler,dévoilant un peu de moi, je la balance sur sa chaise rageant dans mon coin, l'idée de la balancer du trentième étage me traversait l'esprit, j'ignore ce qui m'avait le plus mit en colère, ses paroles sur notre père, ou sa provocation, sûrement un mélange des deux.

-ORDURE ! Attache-lui les mains, puisque cette garce refuse de manger elle n'en a donc pas besoin !

Le petit elfe, dépité et les oreilles baissés exécutait l'ordre, nouant  les deux poignets de la jeune Elliot d'une paire de menotte particulièrement... Piquante. Chaque poignet avait une mini lame, si ma belle pouvait encore avoir de jolies gestes avec ces bracelets métalliques éloignés, elle verra vite, que plus elle m'agaçait et plus les poignets se rapprocheraient, menaçant ainsi dangereusement ses veines.

-Aurais-tu, Elliot, l'obligeance de nous servir maintenant deux verres de vins ?

:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mer 16 Oct - 19:06


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Je ne voulais pas particulièrement mettre hors de lui mon geôlier, mais j'étais le genre de personne qui avait du mal à tenir un rôle en dehors de mon travail. J'étais clairement une peste, je l'avais toujours été, et lorsque l'on me poussait dans mes retranchements c'était pire. Et comment dire, je n'étais pas dans une situation particulièrement confortable... Et forcément lorsque l'on est agressif, je me sens presque obligée de me montrer au moins aussi provocante.

"Si ça te fait plaisir de croire ça, et a vrai dire je suis plutôt fière de celle que je suis devenue, je dois dire merci papa?"

Je n'étais pas stupide, j'avais bien compris que ce type avait un lien avec mon paternel, sinon expliquez moi pourquoi il s'intéresserait à moi? C'était en tout cas la provocation de trop, il envoya valser la vaisselle, me faisant sursauter. Soyons honnête pour le coup je ne m'y attendais pas, jusqu'à présent il était violent, mais plus verbalement, et puis cette pauvre vaisselle n'avait rien fait de mal. Alors qu'il attrapa le col de la robe, je ne pu m'empêcher d'avoir une pensée pour le fait que le bustier n'allait pas tenir le coup avant le plonger mon regard dans celui de mon agresseur. Je sentais mon coeur qui battait dans ma poitrine, j'avais l'impression qu'il essayait de sortir de ma poitrine. J'essayais de jouer les braves, je gardais la tête haute, essayant de ne pas montrer ma peur, mais d'un autre côté il faudrait être stupide pour ne pas avoir peur dans ce genre de situation... Je manquais de basculer lorsqu'il me poussa sur la chaise, j'aurais eu l'air fine le cul par terre...

Je ne me battais pas alors qu'Ordure me mit ces attaches, je ne le regardais même pas, le regard figé sur ce fameux Théo, ce ne fut qu'une fois que l'elfe se fut éloigné que je jetais un coup d'oeil sur ces engins de torture. Je grimaçais, sincèrement je n'avais que trop raison, les mangemorts étaient des rustres... Et forcément le jeune homme voulait que je lui serve son vin, il voulait que je sois sa chose comme Ordure, sauf que je n'étais pas un elfe de maison, et j'avais la chance de pouvoir contrarier le "maitre", mais en soit il avait été poli, même si je sentais bien le foutant, appuyant volontairement sur mon prénom que je n'appréciais pas forcément. Je me levais de ma chaise, attrapant la bouteille de vin, il n'y avait vraiment que les français pour apprécier cette horreur, avant de servir le verre du jeune homme colérique, puis le mien, même si c'était hors de question de boire cette boisson.

"Et voici très chers. J'espère que vous êtes satisfait."

Moqueuse? Vous l'avez déjà compris je crois, je n'étais pas du genre à faire les choses que je n'avais pas envie avec coeur...

"Par contre je ne bois pas de vin... Mais je suis généreuse, je te laisse ma part."

Alors pourquoi en avoir servis deux? Bêtement parce qu'il me l'avait demandé. Doucement je posais mes mains sur mes genoux croisé, une vraie posture de dame, mais qui me permettait surtout d'apprécier la position des lames sur les menottes. J'essayais de réfléchir à toute vitesse, il fallait que j'obéissais, sinon je risquais ma vie? Ca ne me plaisait pas du tout, j'étais seule maitresse de ma vie. Le geste fut rapide et vif, j'affichais un sourire calme et posée, j'observais le jeune homme, me disant que j'avais de la chance après tout, Harry devait supporter le visage de Voldemort, alors que mon tortionnaire était agréable à regarder, bon sans doute un peu plus colérique encore que ... Assez rapidement je sentis ma tête tourner, ça tombait plutôt bien, la soirée commençait à être longue. J'eus ce geste malheureux qui me trahis, portant ma main à mon front, révélant une plaie à mon poignet, la plaie avait déjà beaucoup saignée, tâchant la jolie robe jaune. Je tentais de me lever, mais je réussis surtout à m'abimer un peu plus les poignets avec des gestes trop brusque, c'était le geste de trop, je n'eus que quelques secondes pour me dire que je me sentais mal avant que ma joue ne rencontre le sol en marbre froid. Game Over mon ami. Après tout quitte à mourir autant le faire debout, enfin façon de parler.
code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Dim 20 Oct - 20:46
Elleodore

Ces références avec notre père commençait à m'inquiéter. Etais-je si prévisible ? Quoiqu'il en soit, elle ne devait jamais, ô grand jamais découvrir qui j'étais. Pas avant que je ne l'obtienne. Mais qu'allais-je faire d'elle au juste ? L'idée de la torturer, me venait bien-sûr à l'esprit, l'idée de pouvoir la faire souffrir même temporairement parlant était juste un délice à imaginer, mais ça ne m'apporterais rien. Je voulais qu'elle quitte cet Harry Potter, je voulais qu'elle m'appartienne et qu'elle soit ma chose à moi, avec son consentement, et visiblement je venais de comprendre que la manière brusque n'était peut-être pas la bonne solution. J'étais jeune, je n'avais pas l'expérience d'un vieux trentenaire moi !

"Si ça te fais plaisir de croire ça, et a vrai dire je suis plutôt fière de celle que je suis devenue, je dois dire merci papa?" 

-Tu peux même remercier ta mère, je m'en carre l'oreille avec une babouche.

Je haussais un sourcil interrogateur. Imprévisible était-elle. J'appréciais ce trait de caractère, et je me sentais bien trop jeune pour comprendre que je n'étais qu'influencé, que victime de mon géniteur. Tout le monde n'avait pas la chance de pouvoir se pavaner, les médias collé au cul, chaque fois qu'on lâchait un pet. Je haissais Harry Potter pour ça, en plus de me voler ce qui était à moi. Elliot. Elliot n'aimait pas ce prénom et c'était compréhensible. Elle était pourtant aussi jolie et dangereuse qu'une Rose.

-Rose.

Lançais-je alors que la soumise m'offrait enfin ce que je voulais ma boisson. Je fus surpris de ne pas éprouver de désir à ce soudain élan de générosité, j'aimais le bon vin, j'estimais que ce qui le buvaient étaient des humains capable d'apprécier le grand art. Peut-être est-ce ainsi la raison qui me poussa à grimacer lorsqu'elle refusait encore une fois le cadeau que je lui donnais. Je la trouvais ingrate et calculatrice. Sa posture était néanmoins apprécié, faute de goût je ne savais que lui réponde lorsque la demoiselle agit trop rapidement pour que je ne puisse l'aider.

-Idiote !!

Sa Rose aux douces pétales et aux sanglantes épines m'effrayait comme un gosse. Qu'avais-je fait ?

-Ordure !!
-Maître est là MonSeigneur, Maître va aider la jeune fille.

Dans un moment de panique, j'enlève mon tee-shirt pour m’accroupir auprès d'elle et sécher le sang. Ordure lui, pratique l'onguent sur sa plaie, enlève l'affreux bracelet de ses poignets et lui fait respirer des odeurs d'huiles essentielles.  

-Stupide femelle !

Malgré le tout, il la prit dans ses bras pour la diriger dans sa chambre à lui et la déposer sur le lit. Si la brusquer n'allait pas en sa faveur, alors il la manipulerait... A souhait.

:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Dim 20 Oct - 22:21


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
J'aurais peut être du sourire, j'avais réussis à déstabiliser mon tortionnaire, un coup de maitre qui me permettait de reprendre la main si j'ose dire. Oh ne n'espérais pas m'en sortir aussi facilement, nous n'étions pas dans le monde des moldus, la plaie que je m'étais infligée n'était rien pour un sorcier je me contentais de gagner du temps. A cet instant la seule chose qui comptait réellement c'était la douleur que je ressentais sur le côté de mon corps celui qui avait fait connaissance avec le marbre du sol, je n'arrivais plus réellement à penser. Il n'y avait pas à dire, je préférais le parquet, plus accueillant quand on finissait au sol, qu'importe la raison.
J'avais cette impression que mon cerveau tournait à 100 à l'heure, en faite à cet instant j'avais cette impression de ne plus être dans l'appartement de ce tordu, de ne plus être assise à cette table, non j'étais dans ma jolie petite maison à Washington, assise dans le jardin sous la tonnelle en bois. Devant moi se trouvait une tasse de thé, et une rose dans un vase. Rose, pourquoi avoir prononcé ce mot. La journée semblait belle, mais j'avais froid, j'avais même l'impression de trembler. Je serrais mes bras autour de mon corps pour tenter de me réchauffer, je cherchais quelqu'un du regard, mais il n'y avait personne.

"HARRY !"

Il n'y avait personne, ma voix raisonnait dans cet endroit, cet endroit qui n'était que dans ma tête. Il y avait cette odeur un peu acre qui me dérangeait, puis cette odeur de lavande. Ma maison s'effaçait. Je vis cette lumière trop forte qui me dérangeait, cette voix. "Stupide femelle". Je sentis mon corps être soulevé, cette odeur qui était enivrante, je pensais pendant un court instant à de l'Amortentia, mais ce n'était pas son odeur, pas celle que j'avais sentis lors de nos cours que se soit à Poudlard ou à Ilvermorny du moins pas exactement, il manquait cette odeur d'iode, et de fleur de dune. Cette odeur ce que j'avais toujours prise pour ce parfum que portait Harry. Mais cette odeur était différente. Je sentais cette chaleur contre moi, je me sentais bien, mais ça ne dura pas. Cette sensation de chaleur disparue aussi rapidement qu'elle était arrivée, mais cette odeur semblait tenace alors que le paysage familier de Washington réapparu. Je compris rapidement que je n'étais pas réellement chez moi. J'observais cette rose sur la table jusqu'à ce que ce paysage familier disparaisse alors que je rouvrais les yeux.

Cette odeur était toujours dans mes narines, je compris assez rapidement pourquoi, elle embaumait les draps du lit où je me trouvais. Ce lit, cette chambre, ce n'était pas celle où Ordure m'avait conduit, je fus soudainement prise de panique, qui ne le serait pas en se réveillant dans le lit d'un inconnu? Je sentis cette brûlure au niveau de mon avant bras l'onguent faisait son effet, visiblement il ne voulait pas que je meurs, en même temps ce n'était pas réellement étonnant sinon pourquoi se serait il donné ce mal pour m'enlever? Je me recroquevillais dans un coin du lit, cherchant par réflexe ma baguette qui n'était pas dans le coin, bien sûr... Il y avait ce t-shirt couvert de sang posé sur la table de nuit, mon sang, bien sûr personne n'était venu me sauver, personne ne le pouvait, il faudrait déjà savoir où je me trouvais pour ça. Ma bouche était pateuse, mon corps endoliri, sans doute à cause de la chute de ma chaise. A cet instant je n'avais même plus envie de me battre, juste de dormir, la fatigue prenait le pas sur le reste. Je me rendis assez vite compte que je n'étais pas seule dans ce lit, et que si cette odeur était aussi présente c'était parce que mon tortionnaire se trouvait près de moi. Je recula un peu plus violemment sans réellement me soucier de la taille du lit, c'était sans doute pour cette raison que je finis le cul par terre.  

Se fut avec difficulté que je me redressais essayant de garder un minimum de dignité, chose relativement difficile dans ce genre de situation. Cette fois finis de jouer.

"Tu me veux quoi? Que je laisse ton maitre tranquille?"

code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mar 22 Oct - 19:31
Elleodore

J'avais encore cette fichue conscience qui me disait que j'agissais mal. Malgré moi, le faite de la voir inanimée sur mon lit me laissait dubitatif. Rongé par la haine et l'anxiété que m'évoquait cette chose qu'on surnommait pour moi demie-sœur, je n'acceptais pas d'être ains le pantin de mon père sans réagir.

C'est en voyant Elliot, endormie que je prenais finalement conscience que j'allais interagir à ma façon. Mon père voulait que je la dresse, que j'en forme une mangemort, mais moi, voulais-je vraiment ceci ? Lorsque j'avais porté ce masque plus tôt dans la journée, je m'étais senti fébrilement puissant. Un paradoxe assez surréaliste. Jouant négativement à ma conscience, je réfléchissais à ce que je souhaitais faire d'elle. Je me fichais pas mal de ce que pouvait se passer pour Potter and Cie.

Clairement, Tic et Tac n'avaient fait que de me transformer en monstre. Posant ma tête sur l'oreiller de plume aux côtés de la Belle au bois dormant, je songe à mon avenir, et à ce que j'allais faire, lorsque la petite peste allait se réveiller. Un instant ou je fermais les yeux pour me replonger face aux mêmes images de ma mère remplie de chagrin, une image bien figée qui me terrorise... Mes sauts d'humeurs interagissent donc à la défaveur d'Elli... Je dois briser Elliot. De toute part. Sous toutes ses formes.

Si j'échouais cette mission, je n'aurais plus qu'à retourner dans ma France. Finalement c' était ce que je voulais, j'allais transformer Elliot en monstre, mais sans qu'elle ne s'en rendent finalement compte. Tout allait être de l'art, de la manipulation, du sadisme, Elliot était mon ticket pour rentrer aux pays et enfin tourner la page.

Mes paupières s'ouvrent d'un coup sec lorsque qu'un Badaboum se fait retentir, affichant une Elliot dans une position des plus ridicules. Je lâche un éclat de rire. Il n'y a plus d'animosité dans ma voix, je relève les yeux en l'air, roulant dans mes orbites mes iris afin de me lever pour m'accroupir près d'elle, la pénétrant du regard.

-Mon Maître ? Ah, tu parles de ce masque ? C'est un costume, regarde mon bras, je n'ai pas de tête de mort,rien, comme tu peux le constater.


Sur ces dires, je prends la main fragile d'Elliot pour qu'elle palpe mon bras musclé. Cela devait être autre chose que de toucher ce binoclard à la cicatrice ! Oui, j'avais visiblement malgré tout une rancœur contre lui, mais autre que de ce fameux maître. Je relève la fausse princesse, et j’attrape cette fois une chemise noire pour l'enfiler. Il était temps de commencer la transaction.

-Va te laver, si tu te le veux vraiment, tu peux partir d'ici. Je t'ouvrirais la porte mais...

Je mets un bouton du col de ma chemise pour porter mes doigts sur la joue de la brunette.

-Tu te poseras toujours la question pour savoir qui je suis, quel lien nous unis? Si seulement un lien nous unis. Elliot Jensen, tu ne le sais pas, tu ne la jamais su, mais la vérité est là... Je suis ton fiancé.

Cela m'était venu ainsi, aussitôt le mot 'unis' prononcé. Et au vu de mon petit jeu, suite au visage figé de la Belle, j'avais réussi à capter enfin son attention.
:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mar 22 Oct - 21:44


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Je fus vexée qu'il se moque ainsi de moi, sérieusement sur un champs de bataille on est sensé avoir un minimum de respect pour l'ennemi, enfin considérer le lit comme un champs de bataille donnait une drôle de vision de la guerre qui pouvait avoir lieu. Alors qu'il s'était approché de moi je m'étais reculée au maximum jusqu'à ce que le mur froid m'empêche d'aller plus loin. Un frisson parcouru mon dos lorsqu'il attrapa ma main pour la poser sur son avant bras qui était effectivement vierge de tout tatouage.
Je n'étais pas sur que ça devait me rassurer, j'avais bien plus peur de mon père que de Voldemort, après tout le mage noir n'en avait pas grand chose à faire de moi, il en était autre chose de mon géniteur et son idée de malade comme quoi je pouvais lui faire gagner de la puissance. On ne pouvait pas dire que le contact était désagréable, mais pour être honnête j'étais un peu perdue, même si d'un côté j'avais ce mauvais présentement. J'observais le jeune homme qui enfilait une chemise, dommage la vue était sympa, enfin j'espérais qu'il était pas Legilimens, ce genre de pensée serait extrêmement gênante.

Je ne croyais pas un seul instant que c'était vrai, je veux dire pourquoi il aurait prit tout ce temps et ces risques pour m'enlever et me dire de partir? Je n'y croyais pas un seul instant. Il tentait de me manipuler je n'étais pas assez stupide pour ne pas le comprendre. Je ne bougeais pas alors que ces doigts effleuraient ma joue, même si je sentis un nouveau frisson parcourir mon échine. Mais se qui me fit froncer les sourcils fut cette histoire de fiancé. Genre il pourrait être mon fiancé alors que je l'avais jamais vu avant aujourd'hui? Ils ont crus quoi ces tarés que j'étais une vache qu'on pouvait refiler au premier péquenot du coin sans me demander mon avis? Je posa mes mains sur mes hanches, une attitude fermée, mais le soucis c'était que j'étais trop curieuse, et que j'avais tendance à croire que j'étais plus maligne que les autres.

"Fiancé? Dans tes rêves. Sérieusement alors que l'on ne s'est jamais vu avant aujourd'hui, je suis pas sûre que mon petit copain va apprécier la nouvelle."

Je sentais la colère monter en moi, celle d'être traitée comme si je n'étais même pas maitre de ma propre vie.

"Tu es un froggy."

Difficile de dire si c'était une insulte ou une constatation, mon visage était fermé. J'aurais du m'en douter même si il n'avait pas d'accent, il avait cette attitude hautain des Français, et aimait la bouffe étrange. Finalement je sentis la colère monter en moi, je quittais l'appuie du mur pour m'approcher de mon ravisseur, un doigt accusateur pointé sur son torse.

"De quel droit tu ose dire être mon fiancé? Pour qui vous vous prenez toi et mon taré de père pour me vendre comme si j'étais du bétail et que vous pouviez faire se que vous voulez de moi et de ma vie. De quel droit?"

Je poussais un soupire agacé. Je jetais un coup d'oeil à la robe tâchée de sang, c'était fort dommage c'était une jolie robe.

"Et donc tu t'es dis quoi? Genre c'est ma meuf je la ramasse et je rentre chez moi? Elle fera le ménage pendant qu'Ordure fait à bouffer? Vous vivez dans un autre monde vous les français."

Je croisais mes bras sous ma poitrine.

"Je n'appartiens à personne."

Ces derniers mots je les avais prononcés dans un français parfait. Ma grand mère paternel m'avait toujours dit de faire attention à mon père, elle avait tellement raison et ce qui arrivait aujourd'hui en était une preuve supplémentaire.

code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.

Mon Personnage
Puissance Puissance: 4 XP (Auror,BI)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mer 23 Oct - 10:49
Elleodore
Je n'espérais en rien une réponse joviale. La demoiselle était encore obnubilée par son handicapant copain actuel. Je prenais sur moi pour me concentrer et réaliser le mensonge qui allait détruire ma vie et la sienne.

-Le faite de traîner avec ces hybrides t'ont fait perdre la mémoire sur les coutumes des sang purs, Rose ?

J'avais bien sûr insisté sur le dernier nom donné en date. J'enfilais les boutons de ma chemise à la suite de l'autre.

-Tu es mienne. Tu peux me mettre dans la case que tu souhaites, il n'en ait rien de ce qu'il se passe réellement, nous sommes sous contrat magique. Ton père en est la cause, j'ai du accepter pour sauver ma mère. Tout ça n'est qu'un spectacle. Un affreux spectacle. J'en conviens, mais si tu étais capable d'écouter mon opinion peut-être serais-tu moins égoïste, et plus enclin à entendre mes révélations. Viens.

Je prends sa main dans la mienne pour la tirer vers le salon qui changé de décors. Beaucoup plus accueillant, il n'y a plus de noms de sang sur les murs, la musique toujours si belle est devenu un fond doucereux.

"De quel droit tu ose dire être mon fiancé? Pour qui vous vous prenez toi et mon taré de père pour me vendre comme si j'étais du bétail et que vous pouviez faire se que vous voulez de moi et de ma vie. De quel droit?" 

-Bien que je ne porte pas ton père dans mon cœur, il a sauvé ma mère. Elle était malade, et il a accepté de payer ses soins, en échange d'un sacrifice que j'étais seul à réaliser pensait-il. Celui de plaire à sa précieuse fille et de la faire revenir près de lui. J'ai tout d'abord refusé, naturellement. Mais ma mère mourante je n'avais plus le choix. Si j'échoue il va me la supprimer.

Ma voix était devenue un peu plus mélancolique et remplie d'une certaine colère, je ne doutais pas sur ce dernier point, si j'échouais, allait-il s'en prendre à ma mère pour me punir ? Mes mains sont victimes d'un tremblement dû aux nerfs que je canalise aussitôt, fermant les yeux.

-Je conçois que j'aurais dû t'aborder autrement et te réceptionner de manière plus romantique, mais je n'ai pas eu le choix, tu étais à l'étranger, introuvable, j'étais vulnérable lorsque j'ai compris que tu étais liée à ce Potter, j'ai vu rouge, rouge de colère. Alors que j'aurais dû inévitablement réagir autrement.

Je glisse ma main dans ma poche, et j'en sors un écrin de soie d'une couleur de nuit. Merci Ordure pour m'avoir glissé ce bijou dans la poche au moment où je l'ai prononcé, brave bête il ne sera pas châtié, je m'agenouille devant la brunette, le visage des plus sérieux, ouvrant  l'écrin.

-Elliot, n'est pas assez beau pour une rose telle que toi. Je promets de subvenir à tous tes besoins, de te protéger de ton père c'est avec moi que tu seras le plus épanouie, tu le sais alors pourquoi lutter je m'engage à te soutenir dans tes projets. Rose acceptes-tu d'être ma fiancée ?

Le diamant qui ornait la bague de toute sa splendeur était réel. Probablement un vol. Aucune idée. J'étais totalement fou, mais je préparais ma vengeance et si j'étais quasi sûr, du refus de ma proie, j'allais au moins la troubler, peut-être même réduire ses petits papillons dans le ventre qui battait pour l'instant pour l'élu.
:copyright:️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur


Si tu traverses l'enfer, continue.Je ne voulais pas leur faire mal. Juste les tuer.
Elliot Jensen
Résistance
Résistance
Elliot Jensen

Mon Personnage
Puissance Puissance: 3 XP (Mangemorts/OP/Rés)
, ,: Sang-Mêlé
Inventaire:

ELLEODORE.  Empty
Mer 23 Oct - 18:54


C'est le début d'une nuit sans fin.
Elleodore
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
Hybride? Sérieusement, mais il venait de quel monde ce type? Et cette manière de m'appeler Rose. Mais il débarquait d'où sérieusement? Je gardais cette position fermée, je n'étais pas ce genre de personne, je n'étais pas du genre à croire que j'étais supérieur à cause de mon sang. Comment ça ils jouaient avec ma vie alors qu'ils ne m'avaient jamais vu de leurs vies, alors qu'ils ne me connaissaient pas. J'étais en colère, moi qui m'était toujours réjouis de ne pas être née dans une famille comme celle de Malefoy où l'on m'aurait forcé à suivre ces pratiques douteuses. Je me sentis à quel point les choses dérapaient lorsqu'il me dit que tout ceci n'était qu'un spectacle, comme si il n'appréciait pas non plus être un jouet dans la main de mon vieux. Je le suivis dans le salon qui était tout de suite plus agréable sans ma tronche un peu partout et mon nom partout.

Je l'écoutais parler, me raconter à quel point mon psychopathe de père avait fait du mal à d'autres personnes, n'offrant son aide qu'en contrepartie de sacrifice. Soudainement je me sentis mal pour le jeune homme en face de moi. Je me mis rapidement à sa place, à imaginer se que j'aurais été prête à faire pour sauver ma mère. J'aurais sans doute accepté de ramener une gamine dont je ne connaissais rien. Je me pinçais les lèvres, l'écoutant parler avec beaucoup d'empathie. J'observais avec attention chaque mouvement de Theo, vu qu'il s'était présenté comme ça. Ses sentiments semblaient tellement intenses, il ne pouvait pas jouer la comédie pour cette colère, cette crainte pour quelqu'un qui comptait plus que tout pour lui. Je me mâchonnais l'intérieur de ma lèvre, je ne savais pas trop comment réagir.

Mais je me sentis une nouvelle fois agressée lorsque le jeune se mit à genoux devant moi, un écrin de bijoux dans la main. Bien sûr, j'aurais rêvé que mon petit ami face ce genre de déclaration, mais faut pas déconner, Harry n'était pas du genre à faire ce genre de déclaration, même pas d'y penser. En faites il n'avait aucun projet d'avenir à part cette foutue guerre, c'était sans doute pour ça que les choses n'allaient pas si bien entre nous en ce moment, parce que j'avais été prête à tout pour lui, et que lui il en avait pas grand chose à faire et ça faisait un moment que ça durait, pour être honnête j'avais l'impression que si il avait un choix à faire entre moi et ses amis, le choix serait vite fait et pas à mon avantage. J'eus un petit rire nerveux lorsqu'il me parlait de me soutenir dans mes projets et d'être épanouie avec lui, sérieusement alors qu'il parle de mes amis comme d'hybride? Je jouais nerveusement avec mes mains, comme pour les protéger pour pas qu'il puisse m'attraper la main et m'agresser avec sa bague. C'était idiot, mais je me retrouvais dans une situation délicate.

"Non."

C'était peut être un peu brutal, aussi je rajoutais rapidement.

"Je veux dire c'est pas la solution, tu aurais pu commencer par cette histoire avec ta mère je ne suis pas un monstre, je ne vais pas le laisser lui faire du mal, mais il y a sans doute d'autres façons, je veux dire c'est bien joli se que tu me dis, mais honnêtement si ton rôle est de me ramener près de lui, je ne vois pas comment tu pourras me soutenir dans mes projets et faire que je sois heureuse. Et puis j'ai mes amis "hybrides". De toute façon, tu n'arriverais pas à me supporter en tant que fiancée, tu n'imagine pas la connerie que tu ferais..."

Clairement nous ne vivions pas dans le même monde, et puis je n'épouserais pas un homme que je ne connaissais pas, je n'étais pas une vulgaire princesse à qui l'on disait qui épouser et quoi faire de sa vie.

"Si tu veux j'accepte de t'aider, nous pourrions exfiltrer ta mère, l'envoyer en sécurité à l'étranger, la protéger, aller suffisamment loin pour que mon père ne puisse même pas rêver l'atteindre, mais plutôt mourir que de retourner auprès de lui."

J'essayais de retrouver de la contenance, d'être la chef de la résistance sûre d'elle, avec des idées et des projets.

"Si j'accepte de rester ici pour sauver les apparences si tu es surveiller, j'aurais besoin de ma baguette, de ma chouette, de prévenir mes amis que je vais bien, même si c'est sans détail, je ne veux pas qu'il s'inquiète, et des affaires qui se trouvent chez moi."

Je tendais ma main pour sceller le deal, pas de fiançailles, mais je ferais mon possible pour l'aider comme j'aimerais que l'on m'aide si c'était ma mère qui était en danger.
code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur


Parfois on touche la vie des gens rien qu'en existant
Comment reprendre le cours de son ancienne vie, comment continuer, lorsque dans son cœur on commence à comprendre qu’on ne peut plus retourner en arrière.by lizzou.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:
Le contexte, l’apparence, les idées sont la propriété du staff de EMB. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.Design par Pantalaimony R.Mills ; Codage adapté des LS de Halloween et Alice de N-U.Spécial Remerciements à Panta mais également à toute l'équipe codage de PRD (Dune,Heaven & Odyssea)